Dimanche 25 février 2018

Art contemporain

Un cadeau symbolique

Par Roxana Azimi · Le Journal des Arts

Le 20 juillet 2007

Le Fonds national d’art contemporain transfère la propriété de 429 œuvres à douze musées en région.

PARIS - À l’heure où les structures en province pestent contre une centralisation des crédits culturels au profit de la capitale, l’État fait un cadeau symbolique aux régions sans débourser un sou. Conformément à l’annonce faite par le ministre de la Culture en octobre 2006, douze musées en régions (1) vont devenir propriétaires d’œuvres déposées depuis plus de six ans par le Fonds national d’art contemporain (FNAC). Au total, 429 pièces de 218 artistes feront l’objet de ce transfert, dont près d’un tiers en faveur du Musée des beaux-arts de Nantes.
Les dépôts du FNAC ont souvent posé les pierres de touche de certaines collections, comme au Carré d’art à Nîmes. « Le dépôt de 1983 est fondateur de notre section d’art contemporain, observe ainsi Marie-Anne Sarda, directrice du Musée de Brou (à Bourg-en-Bresse, dans l’Ain). Si les œuvres avaient dû repartir pour une raison ou une autre, le fonds aurait été terriblement bancal. » Tout comme le Musée des beaux-arts de Dole (Jura), celui de Brou a obtenu l’intégralité de ses demandes de transfert. Pour Guy Tosatto, directeur du Musée de Grenoble, cette procédure se révèle positive, car « il s’agit souvent d’œuvres que le musée ne pourrait plus acheter, à l’instar du Flanders Fields (1978), de Carl Andre. » Même si l’initiative ne change pas grand-chose au fonctionnement des établissements et à la perception des visiteurs, ce n’est pas tout à fait la même chose d’être propriétaire que d’être dépositaire. « Cela permettra de procéder à des restaurations et à des recherches scientifiques qu’on ne menait pas forcément auparavant », souligne Olivier Michelon, directeur du Musée départemental d’art contemporain de Rochechouart (Haute-Vienne).
Le Centre national des arts plastiques (CNAP) a mis néanmoins un frein à la gourmandise des musées. Il a ainsi refusé le transfert de pièces emblématiques, comme l’Autruche de Maurizio Cattelan, réclamée par le Musée de Nantes, ou la DS de Gabriel Orozco, souhaitée par le MAC de Marseille. De même, le FNAC ne s’est pas dessaisi d’œuvres nécessaires à ses expositions. Enfin, quelques souhaits ont achoppé à des questions juridiques. C’est le cas d’une œuvre réalisée par Daniel Buren pour le capcMusée d’art contemporain (Bordeaux), une installation pour laquelle le contrat signé entre l’État et l’artiste apparaît très contraignant. Idem pour les films de Gordon Matta-Clark, déposés à Marseille mais soumis à des autorisations de diffusion compliquées.
Les œuvres prêtées depuis 2000 échappent aussi au transfert, excepté celles produites spécifiquement pour une ville ou acquises à la demande précise d’un musée. De fait, le Musée d’art contemporain de Lyon a obtenu les pièces exposées lors des dernières Biennales de la ville, comme le Cultural Melting Bath, de Cai Guo-Quiang, ou encore le Cosmodrome, de Dominique Gonzalez-Foerster. Cette initiative ne risque-t-elle pas toutefois d’encourager les collectivités à réduire leurs crédits d’acquisition ? « Au contraire, c’est une reconnaissance du travail effectué par le musée et de l’investissement de la collectivité territoriale », affirme Olivier Michelon. Il serait d’ailleurs souhaitable que cette première salve de transferts en entraîne d’autres. Dans cette perspective, les musées de Rennes et d’Amiens se sont d’ores et déjà mis sur les rangs.

(1) Musée de Brou à Bourg-en-Bresse, capcMusée d’art contemporain à Bordeaux, Musée des beaux-arts de Dole, Musée de Grenoble, Musée d’art contemporain de Lyon, MAC/Galeries contemporaines des musées de Marseille, Musée des beaux-arts de Nantes, Carré d’art/Musée d’art contemporain de Nîmes, Musée départemental d’art contemporain de Rochechouart, Musée d’art moderne de Saint-Étienne, Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg, Musée d’art moderne de Lille Métropole à Villeneuve d’Ascq.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°255 du 16 mars 2007, avec le titre suivant : Un cadeau symbolique

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque