Dimanche 12 juillet 2020

La Knoedler Gallery se défend d'avoir vendu des contrefaçons

Par Thomas Bizien · lejournaldesarts.fr

Le 22 mai 2012 - 208 mots

NEW YORK (ETATS-UNIS) [22.05.12] – La galerie Knoedler entame une procédure judiciaire pour refuser la demande de remboursement d'un de ses anciens collectionneurs.

Ann Freedman, ancienne présidente de la galerie Knoedler, vient de saisir la cour fédérale de Manhattan pour s’opposer à la requête d'un de ses anciens clients. Pierre Lagrange, collectionneur londonien, estime en effet que le tableau de Jackson Pollock qui lui a été vendu est un faux, et réclame 17 millions de dollars à la galerie, la somme qu'il avait déboursée pour acquérir Silver Pollock.

Le New York times estime convaincant le dossier déposé par la galerie auprès du juge. Pour affirmer l'authenticité du Pollock vendu, la galerie Knoedler s’appuie sur l'analyse de deux spécialistes, qui après expertise de la toile, démentent sous serment les accusations de contrefaçon avancées par Pierre Lagrange. La galerie reproche au collectionneur de s'être uniquement appuyé sur les « rumeurs » de Jamie Frankfurt pour porter son accusation. Elle accuse également ce dernier d'avoir monté de toute pièce cette affaire.

En difficultés depuis 2010, la galerie Knoedler a fermé ses portes le 30 novembre 2011. D'autres de ses anciens collectionneurs, notamment Domenico et Eleanore De Sole, l'accusent de lui avoir vendu des toiles contrefaites. Le début d'une longue affaire judiciaire.

Légende photo

Tribunal de Manhattan - New York - © Photo Sheila - 2008 - Licence CC BY-SA 3.0 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque