Chronologie des plus importants vols d’œuvres d’art

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 27 décembre 2012

PARIS [27.12.12-21.11.17] – De La Joconde en 1911, aux Arabes d’Oran de Delacroix en novembre 2012, nombreuses sont les œuvres d’art à avoir été volées depuis 1900 et malheureusement pas (encore) toutes retrouvées. En voici la chronologie.

16 novembre 2017 - Musée des beaux-arts de Béziers
La Composition avec autoportrait de 1926 de Giogio de Chirico a été dérobée en plein après-midi dans l'Hôtel Fabrégat, abritant, avec l'Hôtel Fayet, le musée des beaux-arts de Béziers. Présenté dans la salle Jean Moulin, le tableau a été découpé au cutter avant d'être emportée.

Avril 2016 – Musée de Springfield (Missouri, Etats-Unis)
Sept lithographies sur les dix de la série Campbell Soup (1968), d’une valeur de 500 000 dollars ont disparu du musée de Springfield après un cambriolage le 7 avril à l'aube. La police judiciaire américaine (FBI) offre une récompense de 25 000 dollars pour toute information permettant de retrouver les sept œuvres.

Juillet 2015 – Collection particulière, Madrid
Cinq tableaux du peintre britannique Francis Bacon, dont la valeur dépasserait 30 millions d'euros, ont été volés dans un appartement au centre de Madrid. Les tableaux appartenaient à un homme âgé de 59 ans, qui aurait été un ami proche de Francis Bacon et aurait reçu en legs de l’artiste les tableaux. 
Le 28 mai 2016, la police espagnole a annoncé les arrestations de sept personnes soupçonnées d’être liées au vol. Un des présumés auteurs du cambriolage et cinq receleurs ont pu être identifiés « grâce à l'étude de photographies inédites de deux des oeuvres volées réalisées avec un appareil loué par une des personnes détenues ». Les tableaux n'ont pas encore été retrouvés.
En juillet 2017 la police espagnole a annoncé avoir retrouvé trois des cinq Bacon volés.

1er mars 2015 – Château de Fontainebleau
Une quinzaine d'objets du cabinet chinois de l'impératrice Eugénie, dont la couronne royale, offerte par les ambassadeurs de Siam à Napoléon III en 1861, un mandala tibétain et une chimère chinoise en émail cloisonné du règne de Quianlong (1736-1795) ont disparu peu avant six heures du matin, dimanche 1er mars. Les cambrioleurs sont entrés par effraction, par le jardin de la fontaine, dans le musée chinois. L'alarme s'est déclenchée mais les hommes ont agi extrêmement rapidement (moins de sept minutes) et le temps que les gardiens arrivent sur place, ils avaient pris la fuite. Le précédent vol au château de Fontainebleau avait eu lieu en 1995. Quinze objets avaient alors été dérobés au musée Napoléon, dont neuf ont été retrouvés à ce jour.

4 juillet 2013 - Musée Asiatica, Biarritz
Une dizaine de pierres de jade originaires de la dernière culture néolithique du jade en Chine, la culture Liangzhu (entre 3 400 et 2 250 avant J.-C.) a été dérobée par une bande de malfaiteurs au musée Asiatica à Biarritz. Agissant en pleine journée à visage découvert et armés de barres de fer, les 3 hommes ont réussi à prendre la fuite avec leur butin. La perte est estimée à 500 000 euros.

Entre le 13 et le 15 mars 2013. Musée archéologique, Nîmes.
Une statue de Vénus datée du Ier ou II siècle, a été décapitée et la tête emportée. C'est un visiteur qui a constaté le vol et qui a prévenu le personnel du musée qui n'avait rien remarqué. L'oeuvre, chef-d'oeuvre du patrimoine nîmois, est estimée entre 200 000 et 250 000 euros.

30 novembre 2012. Galerie Schmit, Paris.
Dans l'après-midi, un individu entre dans la galerie pour y admirer des oeuvres et s'enfuit avec les Arabes d'Oran de Delacroix. Estimée à 650 000 euros, cette aquarelle de petite taille a été retrouvée en juin 2013 à Belgrade.

29 novembre 2012. Boutique Lalique, Paris.
L'exemplaire numéro 12 de La victoire de Samothrace d'Yves Klein par Lalique est dérobé dans la soirée. Réalisée par les maîtres verriers de la Maison Lalique en hommage à Yves Klein, cette sculpture de cristal – issue d'une série limitée à 83 exemplaires - est estimée à 95 000 euros. Non retrouvé pour l'instant mais un suspect a été arrêté en septembre 2013.

16 octobre 2012. Musée Kunsthal, Rotterdam (Pays-Bas).
7 toiles de maîtres, Tête d'Arlequin de Pablo Picasso, La Liseuse en Blanc et Jaune d'Henri Matisse, le Waterloo Bridge et le Charing Cross Bridge de Claude Monet, Femme devant une fenêtre ouverte, dite la fiancée de Paul Gauguin, Autoportrait de Meyer de Haan et Woman with closed eyes de Lucian Freud sont dérobées pendant la nuit. Tableaux et voleurs n'ont pas encore été retrouvés.

22 juin 2012. Galerie Venus over Manhattan, New York (Etats-Unis).
Cartel del Don Juan Tenorio, une aquarelle de Salvador Dali estimée 150 000 dollars est volée en plein jour. L'oeuvre est renvoyée depuis Athènes deux semaines plus tard à la galerie par courrier. L'auteur de cet « emprunt » n'a pas été identifié.

17 juin 2012. Musée municipal de Sens (France).
Une centaine de pièces de monnaies gauloises (Ier siècle avant notre ère) appartenant au « trésor de Saint-Denis-lès-Sens » sont dérobées pendant la nuit. L'ensemble est évalué entre 50 000 et 100 000 euros. Le butin et les voleurs n'ont pas été retrouvés.

17 février 2012. Musée des Jeux olympiques d'Olympie (Grèce).
Deux individus cagoulés et armés profitent du battement entre les gardes de nuit et les gardes de jour pour désactiver le système d'alarme et emporter 68 pièces archéologiques de grande valeur parmi lesquelles un anneau d'or vieux de 3300 ans et une jarre d'huile vieille de 2400 ans. Les objets antiques sont retrouvés 9 mois plus tard, enterrés dans un champ. Trois hommes sont arrêtés.

8 janvier 2012. Pinacothèque nationale d'Athènes-musée Alexandre Soutzos (Grèce).
Des individus s'introduisent pendant la nuit dans les salles d'exposition temporaires de la Pinacothèque et dérobent Tête de femme de Picasso, Le Moulin de Mondrian et un dessin du XVIIe siècle signé Guglielmo Caccia. Alerté par un détecteur de mouvement, le gardien empêche le vol d'une quatrième toile (un autre Mondrian) que les voleurs laissent derrière eux.

20 décembre 2011. Dulwich Park, Londres (Royaume-Uni).
Une sculpture de bronze Two Forms (Divided Circle) de Barabra Hepworth disparait pendant la nuit du parc ou elle était installée depuis 1970. Assurée pour 600 000 euros, on ne sait pas si l'oeuvre fut volée pour sa valeur artistique ou pour être revendue au prix du métal.

13 aout 2011. Hôtel Ritz-Carlton de Los Angeles (Etats-Unis).
Une gravure de Rembrandt Le jugement est dérobée durant l'exposition précédant une grande vente aux enchères dans le hall de l'hôtel. Estimée à 250 000 dollars, la gravure est retrouvée trois jours plus tard dans une église à Encino (nord-ouest de Los Angeles), suite à un appel anonyme. Les deux auteurs du vol n'ont pas été appréhendés.

19 février 2011. Musée Fesch (Corse).
Quatre toiles anciennes (Nicolas Poussin, Mariotto di Nardo, Giovanni Bellini et un anonyme ombrien du XVIe siècle) sont dérobées dans la nuit. Elles réapparaissent le 4 mai 2012. Deux auteurs présumés des faits ont été condamnés en octobre 2012.

30 décembre 2010. Résidence privée de la Cadière d'Azur (Var).
Profitant de l'absence du propriétaire (un riche industriel), des individus dérobent 34 oeuvres d'art parmi lesquelles se trouvent La ronde de la paix de Picasso (estimée à 180 000 euros) ainsi qu'un Léonard Foujita (50 000 euros) et un Léon Marcoussis (120 000 euros). Le propriétaire avait tenté de récupérer sa collection (le butin était estimé au total à 500 000 euros) en proposant une récompense de 100 000 euros, sans succès. La plupart des toiles – dont le Picasso - sont retrouvées en 2010 lors d'une perquisition et 11 personnes sont interpellées.

24 décembre 2010. Résidence privée, Manhattan, New York (Etats-Unis).
Profitant de l'absence du propriétaire pendant le weekend de Thanksgiving, un ou des malfaiteurs s'introduise(nt) dans un appartement en perçant un mur, et emporte(nt) une demi-douzaine d'oeuvres. Parmi elles se trouvaient Superman, The truck, la série Camouflage d'Andy Warhol ainsi que Moonscape et Thinking Nude de Roy Lichtenstein et Live Cat de l'artiste britannique Carl Fudge. Le butin, estimé à 750 000 dollars et les voleurs n'ont pas été retrouvés.

21 août 2010. Musée Mahmoud Khalil, Le Caire (Egypte).
Les Coquelicots, une toile de Van Gogh estimée à plus de 50 millions de dollars est découpée dans son cadre en pleine journée et emportée. Après que l'enquête ait démontré que le système de sécurité du musée était très insuffisant, onze personnes dont un haut fonctionnaire du ministère de la Culture égyptienne sont condamnées pour négligence. Cette toile avait déjà été volée en 1977 et n'avait été retrouvée que dix ans plus tard. Elle n'a pas été retrouvée.

18 août 2010. Beffroi de la ville de Bruges (Belgique).
En plein jour un homme descelle et emporte La femme aux tiroirs une sculpture en bronze de Salvador Dali dont la valeur est estimée entre 100 000 et 120 000 euros. Non retrouvée.

14 juillet 2010. Musée d'art contemporain d'Olinda (Brésil).
Enterro une huile sur bois du peintre brésilien Candido Portinari estimée à 678 000 dollars est dérobée. Elle est retrouvée une quinzaine de jours plus tard alors que l'auteur du vol s'apprête à la revendre à des collectionneurs.

Entre le 10 juillet et le 2 août 2010. Résidence privée de Neuilly.
Cinq tableaux de maîtres dont un Degas, deux Toulouse-Lautrec et une peinture de Marie Laurencin d'une valeur non-établie sont dérobés au domicile d'une octogénaire.

Jeudi 20 mai 2010. Musée d'Art Moderne de la ville de Paris.
Un homme cagoulé brise une fenêtre et s'introduit dans le musée où il dérobe Le pigeon aux petits pois de Picasso, La pastorale de Matisse, L'olivier près de l'Estaque de Braque, La femme à l'éventail de Modigliani et Nature morte aux chandeliers de Fernand Léger. Plusieurs hommes ont depuis été interpellés, mais le butin estimé à quelques 100 millions d'euros n'a toujours pas été retrouvé. Un receleur de toiles, arrêté pendant l'enquête avait prétendu en 2011 que les toiles avaient été détruites.

2010. Collection privée, Berlin.
En plusieurs mois, un couple de voleurs qui avaient sympathisé avec un collectionneur allemand, lui dérobe 93 chefs-d'oeuvre d'une valeur totale de 1,6 million d'euros. Interrogé par la police, le couple avoue les vols en mars 2011 et 65 des oeuvres sont retrouvées et restituées au collectionneur berlinois.

31 décembre 2009. Musée Cantini, Marseille.
Les choristes, un pastel d'Edgar Degas estimé à 800 000 euros disparaît pendant la nuit. Cette oeuvre qui avait été prêtée par le musée d'Orsay n'a pas été retrouvée.

12 novembre 2009. Galerie Nyborg Kunst, Oslo (Norvège).
Un homme brise la vitrine de la galerie dans la soirée et s'empare d'une version de la lithographie Historien d'Edvard Munch. Estimée à 240 000 euros, cette pièce est supposée être très difficile à écouler. L'oeuvre n'a pas été retrouvée.

25 septembre 2009. Résidence privée de Peeble Beach, Californie, (Etats-Unis).
Le collectionneur américain Angelo Benjamin Amadio découvre que 13 oeuvres d'art lui ont été volées dans sa résidence. Le butin comprenait trois G.H. Rothe, un Jackson Pollock, un Matisse, quatre Miro, deux Rembrandt, un Renoir et un Van Gogh, pour une valeur totale de 27 millions de dollars (18,5 millions d'euros). Malgré une récompense d'1 million de dollars promise pour toute information concernant le vol, les oeuvres n'ont pas été retrouvées.

24 septembre 2009. Musée René Magritte, Bruxelles (Belgique).
Deux individus armés font irruption dans le musée peu après l'ouverture et dérobent Olympia, une toile de Magritte estimée entre 750 000 et 3 millions d'euros. L'oeuvre est présentée en janvier 2012 à un expert qui prévient la police. Les voleurs, eux, n'ont pas été retrouvés.

3 septembre 2009. Résidence privée de Los Angeles (Etats-Unis).
11 sérigraphies sur toile de soie d'Andy Warhol sont dérobées dans la villa de Richard L. Weisman, homme d'affaires et collectionneur. Estimée à 27 millions de dollars (19,2 millions d'euros) cet ensemble, intitulé Athlete serie représente des stars du sports comme Mohammed Ali. Chacun des portraits était signé par Warhol et le sportif qu'il représentait. Les oeuvres n'ont pas été retrouvées.

9 juin 2009. Musée Picasso, Paris.
Profitant de la fragilisation du système de sécurité due à des travaux de rénovations, des malfaiteurs dérobent un carnet composé de 32 dessins et croquis de Picasso, estimés à 3 millions d'euros. Le carnet de dessins n'a pas été retrouvé.

11 mai 2009. Musée municipal d'Ijsselstein (Pays-Bas).
Six toiles de peintres néerlandais des XVIIe et XIXe siècles sont volées pendant la nuit. Parmi elles, des toiles de Pieter de Neyn, Willem Roelofs, Adrianus van Everdingen ainsi que trois oeuvres de Jan van Goyen. Deux peintures de Salomon Rombouts et Salomon Jacobsz sont endommagées pendant le vol. Les toiles et leurs voleurs n'ont pas été retrouvés.

10 mai 2009. Résidence privée, Sao Paulo (Brésil).
Une vingtaine de cambrioleurs déguisés en policiers s'introduisent dans la villa de la milliardaire Ilde Maksoud et dérobent Cangaceiro, Retrato de Maria de Candido Portinari ainsi que Figura em Azul de Tarsila do Amaral. Les trois toiles, estimées à 1,7 million de dollars sont rendues 3 jours plus tard par les voleurs qui, faute d'acheteurs les déposent devant le siège de la chaîne de télévision TV record, après avoir avertis des responsables de la chaîne par téléphone.

1er mai 2009. Musée Scheringa de Spanbroek (Pays-Bas).
Aux environs de midi, trois ou quatre hommes armés et masqués entrent dans le musée et dérobent Adolescence de Salvador Dali et La Musicienne de Tamara de Lempicka. Voleurs et butin n'ont pas été retrouvés.
[MAJ 27.07.16] - Les 2 tableaux ont été retrouvés en juillet 2016

8 mars 2009. Eglise de Larvik, Oslo (Norvège).
Une peinture sur bois de Lucas Cranach (dit L'ancien) Laissez venir à moi les petits enfants est dérobée pendant la nuit. Estimée à 2,2 millions d'euros, l'oeuvre est retrouvée trois jours plus tard dans une voiture par la police norvégienne. Quatre hommes sont condamnés.

20 décembre 2008. Musée des Arts de Sao Paulo (Brésil).
Portrait de Suzanne Bloch de Picasso et Le cueilleur de café du peintre brésilien Candido Portinari sont dérobés. Par économie, le musée ne possédait ni alarme, ni assurance pour les oeuvres. Estimées à 55 millions de dollars, les deux tableaux sont récupérés trois semaines plus tard par la police brésilienne. Deux suspects sont arrêtés.

11 septembre 2008. Fondation Gilberto Alzate Avendano (Bogota, Colombie).
Triste pressentiment de ce qu'il va advenir une gravure de Francisco de Goya assurée pour un montant de 80 000 euros est dérobée dans la soirée. La gravure fait partie d'un ensemble de 80 gravures en noir et blanc baptisée Les désastres de la guerre. L'oeuvre est retrouvée le 13 octobre 2008 dans une chambre d'hôtel par la police colombienne. Les deux hommes suspectés n'ont pas été retrouvés.

23 août 2008. Résidence privée de Los Angeles (Etats-Unis).
Neuf toiles de maîtres dont un Chagall, un Rivera et un Soutine sont dérobées en plein jour. Malgré les 200 000 dollars de récompense offerts, les oeuvres n'ont pas été retrouvées.
Mise à jour : 9 neufs toiles ont été retrouvées en décembre 2014 : 3 toiles seraient encore manquantes.

Entre le 29 et le 31 juillet 2008. Musée de l'art occidental et oriental d'Odessa (Ukraine).
Profitant d'une défaillance du système d'alarme, des individus dérobent L'arrestation du christ, toile également connue sous le nom de Baiser de Judas, attribuée au Caravage. Estimée à plusieurs millions de dollars, la toile est retrouvée en juin 2010 par la police allemande. Trois ukrainiens et un russe sont interpelés à Berlin alors qu'ils cherchaient à vendre le tableau.

18 juillet 2008. Musée Lasse Aaberg de Baalsta (Suède).
Tôt dans la matinée, des cambrioleurs s'introduisent dans le musée et dérobent Crak, Sweet dreams baby et Dagwood, trois dessins de Roy Lichtenstein ainsi que Superman et Mickey Mouse d'Andy Warhol. Le butin est estimé à 320 000 euros.

12 juin 2008. Musée Estacao Pinacoteca de Sao Paulo (Brésil).
Quatre gravures estimées à 630 000 dollars, Le Minotaure, les femmes et la fontaine, le peintre et son modèle de Picasso, Femme à la fenêtre de Di Cavalcanti et Couple de Segall sont volées dans l'après-midi par trois hommes armés. Les oeuvres sont retrouvées séparément en août 2008 et un des trois auteurs présumés du vol est arrêté.

23 Mai 2008. Musée d'anthropologie de Vancouver (Canada).
15 pièces en or sont dérobées pendant la nuit. La majeure partie du butin se compose d'oeuvres du sculpteur Haida Bill Reid. Par crainte que les pièces ne soient fondues, une récompense de 50 000 dollars (supérieure à la valeur totale de l'or volé) avait été offerte pour récupérer les objets.

10 février 2008. Fondation et Collection Emil Georg Bührle (Suisse).
Trois hommes armés font main basse sur Coquelicots près de Vétheuil de Claude Monet, Comte Lepic et ses filles de Degas, Branches de marronniers en fleur de Van Gogh et Le garçon au gilet rouge de Paul Cézanne. L'ensemble est évalué à quelque 112 millions d'euros. Les tableaux de Monet et de Van Gogh sont retrouvés 10 jours plus tard dans une voiture abandonnée. Le garçon au gilet rouge de Cézanne est retrouvé en 2012 à Belgrade. Trois suspects sont arrêtés à cette occasion. Le Degas est toujours porté disparu.

5 août 2007. Musée des beaux arts Jules Chéret, Nice.
Cinq hommes armés et masqués se présentent au musée dans l'après-midi et dérobent Falaises près de Dieppe de Claude Monet, Allée de peupliers de Moret d'Alfred Sisley ainsi que Allégorie de la terre et Allégorie de l'eau de Jan Bruegel. Les toiles sont retrouvées dix mois plus tard à Marseille. Traduis en justice en 2011, les cinq malfaiteurs ont été condamnés à des peines allant de deux à neuf ans de prison.

26 Février 2007. Domicile de Diana Widmaier-Picasso, rue de Grenelle, Paris.
Des individus s'introduisent pendant la nuit dans l'appartement de Diana Widmaier-Picasso, petite-fille du peintre et dérobent deux huiles sur toile Maya à la poupée et au cheval de bois et Portrait de Jacqueline ainsi qu'un dessin de Picasso intitulé Marie-Thérèse. Trois individus sont interpellés en juillet 2007. Les oeuvres estimées à 50 millions d'euros sont retrouvées à cette occasion. Ils sont condamnés en 2011 à des peines allant de 3 à 5 ans de prison ainsi qu'à verser 66 000 euros de dommages et intérêts à la famille Picasso.

25 février 2006. Musée Chacara do Céu de Rio (Brésil).
Quatre hommes armés prennent en otage les gardiens et 6 touristes, puis s'emparent de Danse de Picasso, Marine de Claude Monet, Les jardins du Luxembourg d'Henri Matisse, et de Deux balcons de Salvador Dali. Les oeuvres n'ont pas été retrouvées.

8 janvier 2006. Musée Novi Sad (Serbie).
Deux malfaiteurs masqués et armés entrent dans le musée, maîtrisent les gardiens et s'enfuient avec Paysage de nuit avec un pêcheur de Pietro Francesco Mola, Portrait du père de Rembrandt de Rembrandt, Senèque de Rubens et une toile flamande du XVIIe siècle représentant la tête du Christ.
Le Portrait du père de Rembrandt a été retrouvé le 11 mars 2013 en Serbie.

23 décembre 2005. Galerie Modern Masters Fine Art (Etats-Unis).
Des voleurs s'introduisent pendant la nuit dans la galerie et dérobent Femme regardant par la fenêtre de Picasso et La tribu de Dan, une lithographie de Marc Chagall. Estimées à 100 000 dollars, les oeuvres n'ont pas été retrouvées.

30 mars 2005. Salon d'exposition de la maison de vente Tajan.
Profitant de l'affluence, un individu dérobe en toute discrétion Tête de fillette de Renoir avant sa mise en vente. Estimée à 200 000 euros, l'oeuvre n'a pas été retrouvée malgré les recherches menées par la BRB.

22 août 2004. Musée Munch d'Oslo (Norvège).
Deux hommes armés et cagoulés font irruption dans le musée et dérobent Le Cri et La Madone du peintre Edvard Munch. On craint durant l'enquête que les toiles aient été détruites. Elles sont finalement récupérées le 31 aout 2006 à la suite d'une opération conjuguée des forces de police norvégienne et de Scotland Yard. Plusieurs hommes sont arrêtés ce jour-là.

19 mai 2004. Centre George Pompidou, Paris.
Le Centre Pompidou annonce par communiqué la disparition de Nature morte à la charlotte de Pablo Picasso, oeuvre qui se trouvait dans un des ateliers de restauration du musée. L'oeuvre, évaluée à 2,5 millions d'euros par la police est retrouvée par la BRB le 6 avril 2005 à Antony (Hauts-de-Seine), soigneusement dissimulée derrière un meuble dans une chambre.

7 Décembre 2002. Musée Van Gogh à Amsterdam.
Deux toiles de Vincent Van Gogh sont dérobées au musée Van Gogh à Amsterdam : Vue de la mer à Scheveningen (1882) et Sortie de l'église à Nuenen (1884). Les cambrioleurs ont grimpé sur le toit du musée et brisé une vitre pour s'emparer des deux tableaux avant de prendre la fuite à l'aide d'une corde. En 2016, les deux toiles ont été retrouvées près de Naples chez un mafieux italien en fuite.

Décembre 2002. Musée d'art contemporain de Caracaras (Venezuela).
Odalisque au pantalon rouge, une toile d'Henri Matisse estimée à 3 millions de dollars est discrètement volée et remplacée par une copie. Le musée ne se rend compte de la supercherie qu'en 2003. La toile n'est retrouvée qu'en 2012. Deux individus qui tentaient de revendre l'oeuvre sont arrêtés.

22 décembre 2000. Musée National de Stockholm (Suède).
Trois hommes armés de pistolets et de fusils mitrailleurs font irruption dans le musée et emportent un autoportrait de Rembrandt ainsi que Conversation et Jeune parisienne de Renoir. Les trois toiles étaient estimées aux environs de 32 millions d'euros. Le 4 janvier 2001, 5 personnes sont arrêtées, soupçonnées d'être en lien avec le vol. Conversation est retrouvée en avril 2001. Les deux autres toiles sont retrouvées en septembre 2005 au Danemark.

19 Septembre 2000. Musée national de Poznan (Pologne).
Plage de Pourville l'unique pièce de Monet présente dans les collections publiques de Pologne est découpée dans son cadre et remplacée par une copie. Estimée à 1 million d'euros, l'oeuvre est retrouvée en janvier 2009 chez les parents du voleur. L'homme est condamné à trois ans de prison.

21 septembre 1998. Musée des beaux arts Jules Chéret (Nice).
Deux hommes armés prennent en otage Jean Fornéris le conservateur du musée et dérobent Falaises près de Dieppe de Claude Monet, Allée de peupliers de Moret d'Alfred Sisley. Les toiles seront retrouvées huit jours plus tard sur un bateau ancré dans le port de Saint-Laurent-du-Var. Le témoignage incohérent de Fornéris avait retenu l'attention des autorités. Le conservateur avait avoué peu de temps après avoir collaboré au vol. Les trois hommes ont été condamnés. Jean Fornéris avait été condamné à 5 ans de prison pour complicité et mise en scène de vol.

19 mai 1998. Galerie d'art moderne de Rome (Italie).
Deux tableaux de Van Gogh, Le jardinier et L'Arlésienne ainsi que Le cabanon de Jourdan de Cézanne sont dérobés dans la soirée par trois hommes armés. Estimées à 200 millions de francs (30,5 millions d'euros), les oeuvres sont retrouvées deux mois plus tard à Rome et à Turin. Huit personnes sont arrêtées parmi lesquelles une employée du service de sécurité du musée.

3 mai 1998. Musée du Louvre, Paris.
Chemin de Sèvres de Camille Corot est dérobé en plein après-midi. Estimé à l'époque à 6 millions de francs (environ 915 000 euros), l'oeuvre et son voleur n'ont pas été retrouvés.

11 janvier 1995. Musée du Louvre, Paris.
Daims dans un paysage une toile du peintre Lancelot Théodore Turpin de Crissé est découpée dans son cadre et emportée, malgré le système de surveillance du musée. Ce tableau estimé à l'époque à 200 000 francs (30 500 euros) n'a pas été retrouvé.

10 juillet 1994. Musée du Louvre, Paris.
Portrait de Jean Dorieu, un pastel de Robert Nanteuil exposé dans l'aile Sully est dérobé en pleine journée. Même si le Louvre avait qualifié l'oeuvre « d'invendable », ce pastel n'a pas été retrouvé.

1er mars 1993. Église de la Madonna dell'Orto, Venise.
Dans la nuit du 1er mars 1993, une Vierge à l'Enfant de Giovanni Bellini, datant de 1480 (50 x 75cm) a été dérobée après avoir été décadrée. Actuellement seul le cadre reste visible dans la chapelle et une reproduction a été posée en dessous accompagnée d'un texte relatant son vol.

4 juillet 1990. Musée Carnavalet, Musée du Louvre, Musée Ernest Hébert, Paris.
Dans la même journée une toile de Paul Huet disparait de Carnavalet, le portait de la jeune femme assise de Renoir est volé au Louvre et un portrait féminin d'Ernest Hébert est dérobé au musée du même nom. Les oeuvres sont retrouvées en septembre de la même année. Les trois vols étaient le fait d'un même homme, Richard E. qui fut condamné.

17 mars 1990. Isabella Stewart Gardner Museum (Etats-Unis).
Deux cambrioleurs déguisés en policiers parviennent à neutraliser les agents de sécurité du musée. Les hommes s'échappent avec un butin estimé à plus de 250 millions d'euros, composé de 11 toiles : cinq Degas, un Manet, plusieurs Vermeer et les toiles de Rembrandt Une dame et un gentilhomme en noir, orage sur la mer de Galilée et un autoportrait. A ce jour les oeuvres n'ont pas été retrouvées. Ce casse est considéré comme le plus important vol d'oeuvres d'art de l'histoire des Etats-Unis.

11 mai 1987. Musée d’art Moderne de Stockholm (Suède).
Un individu s’introduit durant la nuit dans le musée et dérobe Le jardin d’Henri Matisse. Estimée à près d’un million de dollars (766 000 euros), la toile refait surface début 2013 en Angleterre. C’est un marchand d’art qui s’apprêtait à acheter l’œuvre qui – après vérification sur Art Loss Register – a prévenu les autorités.

15 novembre 1981. Musée Faure d'Aix-les-Bains.
Le marché aux poissons, un monotype de Camille Pissarro et un tableau de Renoir sont dérobés. Le Pissarro ne refait surface qu'en mai 2003 en Amérique, alors qu'il va être vendu par Sotheby's qui découvre la provenance de l'oeuvre. Estimée par les autorités américaines à 80 000 dollars (62 000 euros), le monotype ne reviendra en France qu'en janvier 2012. Le Renoir n'a pas été retrouvé.

1975. Collection privée, Milan.
Deux hommes et une femme font appel à l'expertise du critique d'art Vittorio Sgarbi pour authentifier un petit nu féminin, qui s'avère être de Renoir. Le critique prévient la police, qui saisit l'oeuvre le 26 septembre 2008. Estimée à 500 000 euros, la toile avait été volée à un collectionneur italien en 1975. Elle est rendue à ses légitimes propriétaires tandis que les trois receleurs sont arrêtés.

27 décembre 1973. Musée André Malraux, Le Havre.
Blanchisseuses souffrant des dents de Degas (1870-72), est volée au musée du Havre. L'oeuvre est découverte en 2010 dans le catalogue de vente de Sotheby's, estimée entre 248 000 et 319 000 euros. Le propriétaire, de bonne foi, la restitue aux douanes américaines. La toile est rendue à la France, propriétaire de l'oeuvre depuis 1953, le 11 février 2011.

4 septembre 1972. Musée des Beaux-arts de Montréal (Canada).
Trois hommes s'introduisent dans le musée pendant la nuit et ligotent les gardiens avant de dérober 18 peintures et 38 bijoux anciens. Parmi les plus notables, La rêveuse à la fontaine et Jeune fille accoudée sur le bras gauche de Camille Corot, Lionne et lion dans leur antre de Delacroix, Paysage avec rochers et ruisseau de Courbet, Tête d'un jeune homme de Rubens, Paysage avec un troupeau de vaches de Bruegel l'Ancien, La baratteuse de Millet et le Portrait du général de brigade Sir Robert Fletcher par Thomas Gainsborough. La valeur du butin réévaluée en 2007 s'élevait à 50 millions de dollars. A ce jour, seul le Bruegel a été retrouvé et aucun des malfaiteurs n'a été appréhendé. Cette affaire est considérée comme le plus important vol d'oeuvres d'art perpétré au Canada.

18 octobre 1969. Oratoire de San Lorenzo à Palerme (Italie).
Des individus s'introduisent dans l'oratoire pendant la nuit et découpent de son cadre La nativité avec Saint François et Saint Laurent, une toile réalisée par le Caravage lors de son exil en Sicile, en 1608. L'enquête menée au fil des années avait démontré que la mafia italienne avait planifié ce vol. On ignore toujours ce qu'il est advenu du tableau. Un homme de main repenti de la mafia avait affirmé en 2009 que la toile avait été détruite dans un incendie.

11 juin 1939. Musée du Louvre, Paris.
Le sculpteur Serge Bogousslavsky dérobe en plein jour L'indifférent, une huile sur toile de Jean Antoine Watteau, estimée à l'époque à 80 000 dollars. La prime de 200 000 francs lancée par les autorités françaises pour retrouver le voleur convaincra le sculpteur de restituer l'oeuvre deux mois plus tard… avec quelques retouches. Bogousslavsky prétendra avoir volé la peinture pour la restaurer, un argument qui ne l'empêchera pas d'écoper d'une peine de cinq ans de prison.

21 août 1911. Musée du Louvre, Paris.
Le 21 août 1911, Vincenzo Peruggia, un ouvrier italien qui avait aidé à poser la vitre de protection de La Joconde, subtilise le tableau, un jour de fermeture du musée. Pendant deux années il garde l'oeuvre dans son appartement du 10e arrondissement. En décembre 1913, l'antiquaire toscan Alfredo Geri, contacté par l'ouvrier, demande à voir l'oeuvre. La Joconde est récupérée sans mal, et rendue au Louvre. Peruggia écope d'une peine de prison de sept mois.

Légende photo

Vincenzo Perugia (auteur du vol de la Joconde le 21 août 1911) - Source Wikimedia

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque