Mercredi 11 décembre 2019

Société

Deux artistes russes emprisonnées pour une « prière punk »

Par Thomas Bizien · lejournaldesarts.fr

Le 9 mars 2012 - 327 mots

MOSCOU / RUSSIE

MOSCOU (RUSSIE) [09.03.12] - Deux membres du collectif Pussy Riot, des activistes mêlant étroitement art et politique, viennent d’être arrêtées pour une performance critiquant Vladimir Poutine.

Pussy Riot
Membres du groupe Pussy Riot, groupe punk rock de féministes russes, le 21 février 2012, à Moscou.

Emmitouflés dans des cagoules colorées, cinq membres du collectif Pussy Riot investissent le chœur de la cathédrale du Christ-Sauveur de Moscou. Cernant l’autel guitares aux hanches, le groupe imite alors bruyamment le jeu des musiciens d’un concert punk. Les fidèles déjà médusés le deviennent davantage lorsque les activistes appellent de leurs cris cadencés le leader russe à « faire ses valises ».

À la veille de la réélection de Vladimir Poutine à la présidence russe, la performance vise à « pousser les gens à développer une culture de contestation ». Intitulée Service de prière punk, cette action fait suite à d’autres provocations orchestrées par les Pussy Riot dans l’espace public. Cette série d’arty-protest a entraîné l’arrestation de deux membres du groupe.

Composée d’une dizaine de participants, le collectif Pussy Riot se décrit comme un groupe d’« activistes de l’opposition concernés par le féminisme, l’écologie et les droits des LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) ». Il trouve son inspiration dans le Riot Grrrl Movement, mouvement féministe américain des années 1990, et appelle à la fin de l’autoritarisme du gouvernement russe, ainsi qu’à une réforme de son système judiciaire. L’une des deux membres arrêtées, Nadezhda Tolokonnikova, est également associée au collectif radical d’artistes Voïna, rendu internationalement célèbre pour avoir dessiné un phallus géant sur le pont basculant de Saint-Pétersbourg, en face des fenêtres du FSB, le successeur du KGB.

Arrêtées pour « trouble aggravé à l’ordre public » et « blasphème », les deux artistes-activistes ont été placées en détention le 4 mars. Elles seraient depuis illégalement retenues, en attente d’une audition à la fin avril. Le leader de la contestation russe, Alexeï Navalny, a ridiculisé sur son blog la justice russe pour avoir surestimé le degré de dangerosité des activistes. De leur côté, les deux jeunes femmes ont entamé une grève de la faim pour protester contre leur détention.

Thématiques

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque