Mardi 10 décembre 2019

Société

Deux membres des Pussy Riot détenues provisoirement

Par Bénédicte Gattère · lejournaldesarts.fr

Le 17 août 2017 - 321 mots

MOSCOU / RUSSIE

MOSCOU (RUSSIE) [17.08.17] - Olga Borisova et Maria Aliokhina ont été temporairement incarcérées suite à leur action en faveur du réalisateur ukrainien Oleg Sentsov, condamné à vingt ans de prison.

Pussy Riot
Membres du groupe Pussy Riot, groupe punk rock de féministes russes, le 21 février 2012, à Moscou.

Il ne fait pas bon résister à Vladimir Poutine. Le groupe de punk rock « Pussy Riot » est de nouveau dans sa ligne de mire. Célèbre dans le monde entier depuis 2012, la vidéo de sa performance politique dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou avait alors fait le tour du Web. L’arrestation de trois de leurs membres avait déclenché un soutien international. Maria Aliokhina et sa comparse Nadejda Tolokonnikova, avaient été incarcérées pendant près de deux ans, dans des conditions de détention jugées inhumaines.

Leur séjour en prison ne semble pas avoir freiné les ardeurs contestataires des membres du groupe. Le 6 août, deux des trois jeunes femmes ont brandi des torches lumineuses et déroulé une banderole sur un des ponts de la ville de Yakutsk en Sibérie. Elles participaient ce jour-là au rassemblement de soutien au réalisateur Sentsov.

Détenu dans la prison de cette ville de Sibérie, il a été condamné à purger une peine de vingt ans de prison en mai 2014. L’auteur de Gamer (2011), son film le plus célèbre est accusé d’avoir prémédité des attaques terroristes. Néanmoins, sa position en faveur de l’indépendance de l’Ukraine pourrait être le véritable motif de son inculpation. Malgré une lettre ouverte au gouvernement russe adressée en juillet 2015, signée par des grands noms du cinéma comme Pedro Almodóvar, Ken Loach ou Béla Tarr et les protestations des gouvernements britannique et américains, le Kremlin ne fléchit pas.

Les Pussy Riot avaient écrit ces deux mots en rouge : « Free Senstov ». Leur détention pendant quelques heures au lendemain de la manifestation sonne comme un avertissement. Non seulement le réalisateur ukrainien ne verra sa peine ni allégée et encore moins annulée mais, de plus toute forme de contestation sera réprimée.

Thématiques

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque