Samedi 22 février 2020

Justice

L’actionniste russe Pavlensky mis en détention après l’incendie du siège des services secrets

Par Emmanuel Grynszpan, correspondant à Moscou · lejournaldesarts.fr

Le 10 novembre 2015 - 572 mots

MOSCOU (RUSSIE) [10.11.15] – Après avoir mis le feu à la porte de l’ex-KGB, l’artiste russe Piotr Pavlensky a été interpellé et mis en détention provisoire dans l’attente de son jugement. Sa performance a été filmée et mise en ligne sur YouTube.

Il agit toujours dans les endroits sensibles. Dans la nuit de dimanche à lundi, l’artiste Piotr Pavlensky (31 ans) a mis le feu à une porte du sinistre siège du KGB (aujourd’hui rebaptisé FSB) sur la place Loubianka à Moscou. Il a été immédiatement détenu par les forces de l’ordre, en même temps que deux journalistes qui filmaient sa performance. Ces deux derniers ont été relâchés peu après, mais l’artiste de Saint-Pétersbourg a été mis en détention provisoire en attendant son jugement. Une plainte pour vandalisme a été déposée contre lui et il risque jusqu’à trois ans de prison ferme.

Dans un message accompagnant la vidéo de sa performance baptisée « la menace », il indique vouloir attirer l’attention sur ce qu’il considère comme des « tactiques de terreur » utilisées par le FSB. « La peur transforme les gens libres en une masse gluante de corps non coordonnés (…) la peur de l’inévitable punition est suspendue au-dessus de quiconque pouvant être traqué par des appareils électroniques ». La vidéo originale de la performance a été publiée lundi sur vimeo.com, mais a été presque aussitôt effacée par l’hébergeur. Une vidéo filmée par un journaliste est visible sur YouTube.

Le FSB a immédiatement cherché à masquer les traces de la performance. Lundi matin, des plaques de tôle recouvraient entièrement la haute porte d’entrée du bâtiment.

L’actionniste bénéficie d’un soutien discret de la communauté artistique et de l’opposition russe. Il est largement ignoré par les médias proches du pouvoir. Pour l’artiste ukrainien Sergueï Poyakov, « l’action de Pavlensky démontre que la propagande ne fonctionne pas avec tout le monde. Il se trouve toujours des individus trouvant le moyen d’exprimer leur opinion (…) Cette action est une étincelle qui va tourner à l’incendie ».

Pavlensky a déjà derrière lui une longue série d’actions irritantes pour le pouvoir russe. Il est l’héritier d’une veine actionniste russe apparue au-début des années 90, et dont il est aujourd’hui le représentant le plus notoire et le plus radical. Il s’est rendu célèbre en 2012 en se cousant les lèvres devant la cathédrale Notre-Dame-de-Kazan de Saint-Pétersbourg en signe de solidarité avec les trois membres de Pussy Riot emprisonnées pour leur performance anti-Poutine dans une cathédrale moscovite. L’année suivante, il s’enroule nu dans du fil barbelé dans une performance intitulée « Carcasse » pour protester contre la persécution des dissidents. En Février 2014, sa notoriété explosait alors qu’il se clouait le scrotum aux pavés de la Place Rouge à Moscou, exprimant ainsi son dégoût pour l’apathie politique de la société russe, que le pouvoir « tient par les couilles ».

Couronné « artiste de l’année 2013 » par les critiques russes, il est aussi « fêté » par la justice russe, qui le juge déjà pour une autre affaire de vandalisme, dans laquelle il risque également trois ans de colonie pénitentiaire. Défier le FSB en Russie comporte un risque sérieux. Au coeur du pouvoir, le FSB a été dirigé par Vladimir Poutine avant qu’il ne devienne président. Vladimir Poutine lui-même a servi une grande partie de sa vie dans les rangs du KGB.

L'artiste Piotr Pavlensky devant la porte en feu de l'immeuble du FSB à Loubianka

 

 

Légende photo

L'artiste Piotr Pavlenski © Photo Maksim Belousov - 2013 - Licence CC BY-SA 4.0

Thématiques

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque