Vendredi 6 décembre 2019

Biennale - Politique

Le collectif d’art russe « Voïna » accuse les organisateurs de la Biennale de Moscou d’avoir exposé des œuvres contre leur gré

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 27 octobre 2011 - 349 mots

MOSCOU / RUSSIE

MOSCOU (RUSSIE) [27.10.11] - Le collectif russe d’art contestataire « Voïna » proteste contre sa participation, selon eux imposée, à la 4e Biennale d’art contemporain de Moscou, organisée du 23 septembre au 30 octobre 2011. Il dénonce la présence, sous son nom, d’une vidéo qu’il n’a pas réalisée et d’œuvres volées par la police lors de l’arrestation de deux de ses membres en novembre 2010. The Yes Men, un collectif d’artistes américain lui a témoigné son soutien en décidant également de boycotter l’évènement.

Les artistes du groupe activiste « Voïna » s’insurgent contre la présence de certaines de leurs œuvres à la 4e Biennale de Moscou, qui se tient du 23 septembre au 30 octobre 2011. Selon eux, ils n’ont pas été informés de leur participation. Ils déclarent que les documents exposés leur ont été volés par la police et qu’une vidéo leur est faussement attribuée. Cette œuvre, montrant des activistes embrassant de force des policières dans la rue, aurait été réalisée par des anciennes membres du groupe, exclues depuis 2009. Leurs prétendues œuvres se trouvent dans la section intitulée « L’impact médiatique. Le festival international de l’art activiste » en compagnie de celles d’autres artistes contestataires célèbres comme Ai Weiwei.

Le duo activiste américain « The Yes Men » qui dénonce régulièrement les dérives du système capitaliste, a décidé de s’associer au boycott. Ils ont annulé leur participation à un débat, organisé à Moscou dans le cadre de la Biennale. Ce n’est pas la première fois que le groupe russe reçoit le soutien d’artistes internationaux. En novembre 2011, deux membres du groupe avaient été arrêtés suite à une action intitulée « Palace révolutionnaire », qui consistait à renverser des voitures de police à Saint-Pétersbourg. L’artiste de street art Banksy avait alors payé une partie de la caution destinée à les libérer. Depuis septembre 2011, des conservateurs viennois participent à une campagne intitulée « Voïna–Wanted » pour dénoncer le mandat d’arrêt international lancé contre un des membres en juillet 2011. L’image du leader du groupe, Oleg Vorotnikov, placé derrière des barreaux, est affichée sur la façade du Leopold Museum et de la Kunsthalle. En dessous, on peut lire l’inscription ironique : « Voïna-Wanted ».

Légende photo

Le groupe Voina ("guerre" en russe) - © photo Documentation sur le groupe d'art "Voina" - 2008 - Licence CC SA 1.0

Thématiques

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque