Politique culturelle - États-Unis

Joe Biden veut aider la culture à sortir de la crise

Il propose d’augmenter fortement le budget des agences fédérales.

ÉTATS-UNIS

À rebours de Donald Trump qui voulait supprimer les agences culturelles fédérales, le président des États-Unis alloue à celles-ci des moyens supplémentaires afin d’aider un secteur très affecté par la crise. 

Joe Biden. © Gage Skidmore, 2020, CC BY-SA 2.0
Joe Biden.
© Gage Skidmore, 2020

Washington, D. C. Le président américain Joe Biden a fait de la culture l’une des priorités de son plan de relance. Annoncée le 28 mai, sa proposition de budget pour l’année fiscale à venir prévoit de porter le financement des principales agences fédérales soutenant les arts, les musées, les bibliothèques, les cinémas et les théâtres à leur plus haut niveau historique. Cela contribue à rassurer un secteur qui a particulièrement souffert de la crise.

Si la proposition budgétaire est approuvée par le Congrès, le National Endowment for the Arts (NEA, Fonds national pour les arts) devrait voir son budget augmenter de 20 %, pour atteindre 201 millions de dollars (165 M€). Créée en 1965, cette agence fédérale remédie à l’absence d’un véritable ministère de la Culture en assurant le financement public de projets artistiques. Ann Eilers, sa présidente, salue « un engagement significatif en faveur du secteur culturel » qui « reflète l’importance des travailleurs de la culture dans la relance de l’économie nationale ».

Le Fonds national pour les humanités et l’Institut des services de musées et bibliothèques devraient également bénéficier des largesses du nouveau budget. « C’est un changement bienvenu après quatre ans à vivre sous la menace constante de la disparition de ces agences », commente Laura Lott, présidente de l’American Alliance of Museums (Alliance américaine des musées), en référence aux appels répétés de l’ancien président Donald Trump à mettre fin au financement public des arts.

Particulièrement touché par la crise sanitaire, le secteur culturel américain, sans aides publiques ou presque, a accusé une perte de plus de 16 milliards de dollars (13,1 Md€) cette dernière année, avec près de 2,7 millions d’employés et indépendants qui se sont retrouvés au chômage dans les premiers mois du confinement. Les deux principales sources de revenu du secteur que sont la billetterie et la philanthropie se sont en effet vite taries au plus fort de la crise. « Un investissement accru permettra au Fonds de fournir un soutien essentiel au secteur artistique alors qu’il lutte pour rouvrir, rembaucher et générer des activités de nature à nourrir l’économie », peut-on lire désormais sur le site du Fonds national pour les arts.

Le Centre Pompidou à Jersey City 

Ville portuaire de l’agglomération new-yorkaise, Jersey City a fait appel au Centre Pompidou pour l’aider à constituer son centre d’art moderne et contemporain. Annoncé le 5 juin dernier, le « Centre Pompidou x Jersey City » (du nom du futur musée) prendra ses quartiers dans un bâtiment industriel vieux d’un siècle. Située à dix minutes en train de Manhattan, Jersey City lutte pour ne pas devenir une cité-dortoir : avec l’installation de ce centre d’art, elle se rêve « hub artistique » et « destination touristique ».

Le Centre Pompidou voit dans cette ville de banlieue en quête de réinvention « un champ d’action idéal» selon les termes de son président, Serge Lasvignes. Le Centre fournira conseil, œuvres et propositions artistiques en échange d’une compensation annuelle. La ville, elle, prendra à sa charge la totalité des coûts de rénovation et d’exploitation du lieu, qui devrait ouvrir ses portes en 2024.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°569 du 11 juin 2021, avec le titre suivant : Joe Biden veut aider la culture à sortir de la crise

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque