Dimanche 15 décembre 2019

Antiquaire - Galerie - Nomination

Anisabelle Berès-Montanari, nouvelle présidente du syndicat des antiquaires

Par Marie Potard · lejournaldesarts.fr

Le 22 novembre 2019 - 502 mots

PARIS

La galeriste remplace Mathias Ary Jan qui n’était pas candidat à sa succession. Il reste néanmoins vice-président du SNA. 

Anisabelle Berès-Montanari. © Photo David Marmier.
Anisabelle Berès-Montanari.
© Photo David Marmier

Après l’élection des membres du conseil d’administration du Syndicat national des antiquaires (SNA) mardi 19 novembre dernier, les administrateurs ont logiquement procédé à l’élection du bureau puis de son président : c’est Anisabelle Berès-Montanari (Galerie Berès), spécialisée en art moderne et contemporain qui a recueilli tous les suffrages, soit 12 voix. 

« Je suis très heureuse d’avoir été élue et d’être la première femme présidente du syndicat ! C’est une satisfaction dans la mesure où dans ce milieu, la parité n’est pas franchement respectée. J’ai le sentiment que tout se passera très bien car il y a beaucoup de monde de l’ancienne équipe à mes côtés. J’ai entièrement confiance en elle, j’en connais tous les membres et je les apprécie tous. Nous travaillons ensemble depuis 3 ans et avons un contact chaleureux », a confié la nouvelle présidente.

Pour la première fois dans l’histoire du syndicat, créé en 1901, le conseil sortant avait décidé de reporter de deux jours le vote du président et des membres par le conseil nouvellement élu. Il s’agissait « de laisser le temps aux nouveaux membres de prendre connaissance des us et coutumes du syndicat et du fonctionnement du conseil, selon moi, une sage décision permettant de ne pas voter dans la précipitation », a expliqué Anthony Meyer, membre du conseil d’administration, avant d’ajouter que « cette nouveauté fait partie d’un ensemble de mesures destinées à ouvrir et à assainir la vie du SNA, dans un esprit de transparence et de démocratie ».

Les 13 membres qui se sont présentés afin d’assurer les fonctions d’administrateurs ont tous été élus - en revanche, Marc Maison a démissionné 24h après son élection. 

Le nouveau bureau est ainsi composé : Georges De Jonckheere (vice-président), Mathias Ary Jan (vice-président), Stéphane Turisk (secrétaire général), Fabien Mathivet (secrétaire général suppléant), Michel Giraud (trésorier) et Alexis Bordes (trésorier suppléant).

Le conseil d’administration a également désigné le nouveau président de la Biennale Paris - à l’unanimité également : c’est le marchand Georges De Jonckheere qui assurera cette tâche.
 
La nouvelle présidente et son conseil ont à gérer un grand nombre de dossiers, dont un - crucial - l’avenir de la Biennale qui risque de pâtir du salon Fine Arts Paris qui se tient deux mois après elle (18-22 novembre). « Fine Arts Paris n’est pas un problème pour la Biennale, même s’il y aurait intérêt à ce que tout le monde se réunisse et dans tous les domaines, y compris le Parcours des Mondes, le salon du livre... Il est évident que ces évènements espacés sont mauvais pour Paris. Il faut arriver à une symbiose et nous allons nous y employer », a déclaré Anisabelle Berès-Montanari.

Les autres chantiers en cours sont notamment la recherche de nouveaux locaux après la récente vente du siège du syndicat boulevard Malesherbes, la défense et la revalorisation du métier d’antiquaire… sans oublier de faire en sorte que le marché de l’art français tire son épingle du jeu face au futur Brexit.

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque