Mercredi 17 octobre 2018

Étude

Le secteur culturel encore loin de la parité

La dernière étude en date du ministère de la Culture contredit le cliché d’un secteur féminisé en montrant une évolution plus lente pour les professions culturelles.

PARIS - Le 22 novembre, dans l’amphithéâtre rénové des Beaux-Arts de Paris, lors d’une table ronde portant sur les résidences d’artistes, se trouvaient à la tribune 8 femmes sur 9 intervenants. Cette proportion atypique aurait pu renforcer les clichés sur la supposée féminisation du secteur. Mais le même jour, au ministère de la Culture et de la Communication, une étude intitulée « La lente féminisation des professions culturelles » était présentée au public. Dernière publication en date issue du Département des études, de la prospective et des statistiques du ministère, l’opuscule d’une vingtaine de pages, illustré de tableaux et graphiques éclairants, analyse les « enquêtes-emploi » effectuées entre 1991 et 2013 par l’Institut national de la statistique et des études économiques sur les professions culturelles (Insee). Les auteures, Marie Gouyon, Frédérique Patureau et Gwendoline Volat, y font une mise au point étonnante sur la place réelle que les femmes y occupent.

Un paradoxe
La part des femmes au sein des professions culturelles est passée de 39 % en 1991 à 43 % en 2013, suivant ainsi la tendance de la population active globale (de 43 % à 48 %). Mais ce chiffre reste inférieur à la moyenne nationale, un constat curieux étant donné le ressenti habituel vis-à-vis du secteur culturel. Les professions structurellement qualifiées qui le composent en font aussi un milieu a priori plus « affranchi des contraintes et déterminations sociales », comme le soulignent les auteures en introduction. Elles parlent même de « paradoxe » dans la mesure où « toutes les enquêtes sur la fréquentation des équipements culturels, sur les pratiques culturelles et artistiques […] font le constat d’une surreprésentation féminine ». En outre, les étudiantes du secteur sont largement majoritaires (59 %). D’où vient ce décalage ?

À défaut de pouvoir se reposer sur une étude sociologique et historique de grande ampleur, les auteures ont extrait des données de l’Insee les chiffres les plus représentatifs. Parmi les professions les moins fémininisées en 1991, la proportion de femmes a parfois doublé en vingt ans. C’est le cas pour les métiers d’art (41 % en 2013, contre seulement 20 % en 1991), chez les architectes (de 16 % à 33 %) et les photographes (de 16 % à 30 %). Pour ces deux dernières catégories, remarquons que les scores restent faibles, tout comme chez les techniciens des spectacles, stables à 25 %.
Les artistes plasticiennes passent de 33 % à 43 %, un chiffre que l’on pourrait mettre en regard de la proportion de femmes dans l’Artindex publié par Le Journal des Arts (une vingtaine en 2016 sur les cent premiers) Le tableau général reste en progrès, puisque, en 1991, parmi les 13 professions artistiques déterminées, 8 comptaient moins de 40 % de femmes. Elles ne sont plus que 6 professions en 2013 et la représentativité des femmes n’y descend jamais au-dessous de 25 %, alors que c’était le cas pour trois d’entre elles en 1991.

Comment se traduit cette lente féminisation ? D’abord, l’emploi des femmes a logiquement « épousé les caractéristiques de l’emploi culturel », avec un taux de salariat faible : 67 % chez les femmes, 64 % chez les hommes, contre 92 % et 85 % sur l’ensemble de la population active. Le temps partiel et les contrats courts suivent la même logique. De manière générale, les professions les plus féminisées sont celles soumises à la normalisation de leurs conditions d’accès, notamment à travers le diplôme, comme chez les architectes. Inversement, chez les techniciens, la féminisation est au point mort alors même que les effectifs de la profession ont doublé en vingt ans ! Enfin, comme dans le reste de la population active, le taux de diplômés est en augmentation et les femmes sont nettement surdiplômées par rapport aux hommes, à emploi identique, dans 12 professions identifiées sur 13.
Si le plafond de verre n’est plus très haut, il n’est donc pas encore brisé. Le DEPS a pour mérite, par cette brève et parlante étude, de mettre face à ses contradictions un secteur loin de l’image d’avant-garde qu’il souhaite souvent incarner.

13 professions culturelles

Profession des arts visuels et métiers d’art
- Artistes des arts plastiques
- Photographes
- Profession des arts graphiques, de la mode et de la décoration
- Métiers d’art

Professions des spectacles
- Artistes des spectacles
- Cadres artistiques, de programmation et de production des spectacles
- Techniciens des spectacles

Professions littéraires
- Journalistes et cadres de l’édition
- Auteurs littéraires
- Traducteurs et interprètes

Autres
- Architectes
- Cadres et techniciens de l’archivage, de la conservation et de la documentation
- Professeurs d’art

Légende photo

Annette Messager, lauréate du Praemimu Imperiale, dans son atelier. Les femmes représentent 43% des artistes plasticiens, contre 33 % dans les années 1990. © The Japan Art Association/The Sankei Shimbun.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°469 du 9 décembre 2016, avec le titre suivant : Le secteur culturel encore loin de la parité

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque