Politique - Italie

PLAN DE RELANCE

L’Italie annonce un plan de relance pour la culture et le tourisme de 7 Md€

ITALIE

Le gouvernement italien va abonder les fonds issus du plan de relance européen pour investir dans son patrimoine et son industrie culturelle considérés comme des leviers pour le tourisme.

Le Fort Diamante à Gênes en Italie. © Bbruno, 2009, CC BY-SA 3.0
Le Fort Diamante à Gênes.
Photo Bbruno, 2009

Italie. L’Italie est le premier pays bénéficiaire du plan européen de relance avec plus de 221 milliards d’euros. Le gouvernement de Mario Draghi a soumis, le 30 avril dernier, à la commission européenne son « Piano Nazionale di ripresa e resilienza » (PNRR) détaillant comment dépenser ces ressources. Il s’articule autour de six missions dont la première est la « numérisation, l’innovation, la compétitivité et la culture » pour une enveloppe globale de près de 50 milliards d’euros. La culture est le traditionnel parent pauvre des politiques publiques italiennes malgré l’enthousiasme de Dario Franceschini, ministre des Biens et des Activités culturels et du Tourisme, qui revendique la « direction du plus important ministère économique ». Avant la pandémie, plus d’1,5 million de salariés travaillaient dans le secteur de la culture et du tourisme assurant plus de 16 % du PIB de la Péninsule. C’est un des secteurs les plus durement frappés par les mesures de confinement. Il pourra compter pour en sortir sur 6,7 milliards d’euros. « La culture sera à l’origine de la relance du pays en investissant sur la beauté et la créativité italiennes », insiste Dario Franceschini. Les ressources directement allouées par Bruxelles s’élèvent à 4,3 milliards d’euros, auxquels s’ajoute 1,4 milliard d’euros d’un « plan national stratégique pour les grands attracteurs culturels ».

Prévenir et gérer les catastrophes sismiques

Les fonds européens seront consacrés à « trois grandes missions d’intervention » pour corriger les retards structurels d’une Italie qui, malgré le plus grand nombre de sites inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco, peine à attirer autant de visiteurs que ses voisins français ou espagnol.

1,1 milliard d’euros sera ainsi consacrés au « patrimoine culturel pour la prochaine génération », avec notamment 500 millions d’euros pour la mise en place de « plateformes et stratégies numériques » et 300 millions d’euros pour l’amélioration des performances énergétiques des cinémas, théâtres et musées. La « régénération des villages historiques » bénéficiera de 2,7 milliards d’euros dont un milliard destiné à un plan national visant à relancer leur attractivité. 800 millions d’euros seront en outre prévus pour assurer leur sécurité sismique, 300 millions d’euros pour valoriser 110 parcs et jardins historiques ou encore 600 millions d’euros pour des travaux de restauration de leur patrimoine, notamment religieux. Cinq dépôts pour la protection des biens culturels en cas de catastrophe naturelle seront aménagés dans d’anciennes casernes ou centrales nucléaires désaffectées. La troisième mission est intitulée « Industries culturelles et créatives 4.0 » avec une enveloppe de 455 millions d’euros : 300 millions d’euros pour les studios de Cinecittà, le Centro Sperimentale di Cinematografia et la Cineteca Nazionale, tandis que 155 millions d’euros serviront à promouvoir la transition numérique.

Soutenir les grands événements culturels

Le fonds national d’1,5 milliard d’euros investira enfin dans 14 grandes manifestations culturelles. Parmi elles, la Biennale de Venise (169,5 millions), le stade Franchi de Pierluigi Nervi à Florence à l’abandon (95 millions), la valorisation des enceintes et du système de forts de Gênes (70 millions, voir ill.) ou encore la création du premier auditorium de Palerme dans l’ancienne manufacture de tabac (33 millions).

« C’est la preuve que l’attention de l’actuel gouvernement à l’égard de la culture est très forte », a répété Dario Franceschini en présentant son plan de relance pour le secteur devant une commission parlementaire. « Les ressources dont bénéficiera ce secteur s’élèvent à 3,48 % de l’ensemble de celles qui seront allouées à l’Italie dans le cadre du plan européen Next Generation EU. Notre objectif est d’augmenter le niveau d’attractivité de notre système culturel à travers la modernisation de ses infrastructures aussi bien matérielles qu’immatérielles », a expliqué le ministre. « Les interventions, pour réussir, devront prévoir une très étroite coopération entre les acteurs publics et privés, mais aussi avec les habitants des territoires concernés. »

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°568 du 28 mai 2021, avec le titre suivant : L’Italie annonce un plan de relance pour la culture et le tourisme de 7 Md€

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque