Société

Coronavirus, le monde de la culture mis en quarantaine en Italie

Par Olivier Tosseri, correspondant à Rome · lejournaldesarts.fr

Le 25 février 2020 - 520 mots

ROME / ITALIE

La plupart des lieux culturels sont fermés pour plusieurs jours en Vénétie et Lombardie et parfois dans toute l’Italie.

Femme portant un masque de protection devant le Duomo de Milan, le 24 février 2020. © Photo Andreas Solaro/AFP.
Femme portant un masque de protection devant le Duomo de Milan, le 24 février 2020.
© Photo Andreas Solaro/AFP.

Il n’y a pas que les universités, les écoles et les bibliothèques qui resteront fermées pendant deux semaines en Vénétie et en Lombardie. Les présidents des deux régions ont signé hier des textes ordonant « la suspension des manifestations ou initiatives en tout genre, des évènements et réunions en lieu public ou privé, aussi bien culturels que ludiques, sportifs et religieux, dans des lieux ouverts au public ». Les lieux culturels sont éminemment publics. Leurs portes resteront closes pour éviter toute propagation de l’épidémie de Coronavirus.

Le maire de Milan a demandé à ses administrés de réduire leur vie sociale et mondaine. Le célèbre théâtre la Scala suspend ses spectacles juqu’au 1er mars prochain. Hors périodes de conflit, il faut remonter au milieu du XIXe et à une épidémie de choléra pour retrouver une telle mesure qui avait duré à l’époque trois mois. Les portes du Duomo ne sont pas ouvertes pour  accueillir les touristes ou les pèlerins tout comme celles de la pinacothèque de Brera ou les Gallerie d’Italia qui n’ont été franchies par aucun visiteur.

Toutes les présentations de livres et toutes les rencontres culturelles quelle qu’elles soient ont été suspendues jusqu’à nouvel ordre dans toute la région lombarde. C’est ce qui risque d’arriver aux foires MIA Photo Fair et MIART (d’art moderne et contemporain) programmées respectivement fin mars et fin avril. Des mesures similaires ont été adoptées en Vénétie où le Carnaval a été annulé. La Basilique Saint-Marc, comme tous les musées et les théâtres de la ville et de la région resteront fermés jusqu’au 1 mars prochain.

Les autres régions limitrophes ou proches des deux foyers de contagion que sont la Lombardie et la Vénétie ont elles aussi mis en œuvre des mesures drastiques de prévention. Outre l’interruption pendant une semaine des projections de films et des représentations théâtrales, le Piémont a annulé le célèbre carnaval d’Ivrea. En Ligurie c’est le Palais Ducal de Gênes et le théâtre Carlo Felice qui resteront clos pendant toute une semaine.

A Rome cependant, seule l’Accademia delle Belle Arti restera fermée jusqu’au 2 mars. Décision justifiée dans un communiqué par « la présence d’un très grand nombre d’élèves étrangers en particulier en provenance de Chine ainsi que par l’afflux trop important d’étudiants devant participer à des concours ou des examens ».

Tous les premiers dimanches du mois les musées de toute la péninsule ouvrent leurs portes gratuitement à l’occasion de Domenica al museo. Le ministre de la Culture et du Tourisme Dario Franceschini, à l’origine de cette initiative qui rencontre un grand succès, a décidé de l’annuler le 1er mars prochain. « Il faut limiter toute possibilité de déplacements et de rassemblements qui favorisent le risque de contagion » a-t-il déclaré. Mais ce sont autant les conséquences sanitaires qu’économiques sur le secteur dont il a la charge qui le préoccupent. Il a comparé « les conséquences du Coronavirus à celles d’un séisme ». D'après une étude menée par l'institut Demoskopika avant le déclenchement de l'épidémie en Italie, le tourisme pourrait enregistrer des pertes de 4,5 milliards d'euros en 2020.

Thématiques

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque