Musée

Le directeur de l’Ermitage dénonce la gratuité dans les musées russes

SAINT-PETERSBOURG / RUSSIE

Saint-Pétersbourg. Mikhaïl Piotrovsky part en guerre contre le ministère de la Culture russe, qui se gargarise du nombre élevé de visiteurs.

Le Palais d'Hiver, vu depuis la Néva.
Le Palais d'Hiver, vu depuis la Néva.

« La fréquentation de nombreux musées dépasse les bornes, il faut la limiter », a-t-il déclaré lundi devant l’assemblée des directeurs de musées d’État, réunie à Sébastopol, rapporte l’agence Tass. Mikhaïl Piotrovsky, qui préside également l’Union des musées, a indiqué que la fréquentation des musées russes dépasse celle des salles de cinéma. Non que cette dernière soit en diminution, bien au contraire.

L’indéboulonnable directeur de l’Ermitage (depuis 1992) pointe la gratuité comme le responsable de cette situation « anormale ».« L’accès gratuit commence à causer des problèmes (…) et les tarifs d’entrée des musées ne peuvent être éternellement bon marché », estime-t-il. Les musées d’État russes sont confrontés à une situation où, d’un côté, les subventions du ministère de la Culture diminuent d’année en année et de l’autre les mécènes réduisent leurs dons à cause de la situation économique dans le pays. « Le musée doit être en mesure de décider de combien de visiteurs il a besoin et à qui attribuer des tarifs spéciaux. »

L’État a décrété l’accès gratuit des musées aux retraités, et ces derniers gonflent démesurément les chiffres de fréquentation sans rien rapporter aux institutions culturelles, selon le directeur. Mikhaïl Piotrovsky vise aussi différentes catégories professionnelles qui réclament régulièrement l’accès gratuit aux musées, dont les journalistes.

Bon prince, l’Ermitage propose depuis la semaine dernière une possibilité aux désargentés qui ne pourraient plus entrer dans les lieux. Baptisée « Hermitage Online », le musée de Saint-Pétersbourg offre depuis sa page sur le réseau social russe vk.com une visite régulière des coulisses (montages d’exposition, restauration des œuvres, fonds, pièces fermées au public, etc.). La première série est consacrée au montage de la toute dernière exposition des artistes contemporains Ilyza et Emilia Kabakov qui s’intitule ironiquement « Futur : tous n’y seront pas admis ».

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°500 du 27 avril 2018, avec le titre suivant : Le directeur de l’Ermitage dénonce la gratuité

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque