Vendredi 28 février 2020

Musée

Le Maier Museum of Art est sanctionné pour avoir vendu un de ses tableaux

Par Kate Deimling (Correspondante à New York) · lejournaldesarts.fr

Le 9 avril 2014 - 696 mots

LYNCHBURG (VIRGINIE, ETATS-UNIS) [09.04.14] - Le Maier Museum conteste la sanction en expliquant qu’il fait partie du Randolph College. Ce dernier revendique le droit de vendre des tableaux pour soutenir financièrement l’institution éducative.

L’aliénation de leurs collections par les musées américains, encadrée par l’Association of Art Museum Directors (AAMD), est permise seulement si le produit des ventes d’œuvres alimente le fonds d’acquisition de l’institution. Or, en février 2014 le Maier Museum of Art a vendu Men of the Docks de George Bellows à la National Gallery de Londres au prix de 25,5 millions de dollars et s’est servi de cette somme pour le budget de fonctionnement du Randolph College. Le 12 mars, l’AAMD a sanctionné le musée en interdisant à ses membres de lui prêter des œuvres.

La situation met en relief le cas particulier d’un musée géré par une université. Selon l’accord conclu par les deux institutions, des curateurs de la National Gallery font des conférences au Randolph College et les étudiants du College effectuent des stages au musée.

L’AAMD a ainsi commenté la vente : « Nous avons pris acte de la décision du College de vendre Men of the Docks à une institution publique, assurant ainsi que l’œuvre reste dans le domaine public, et l’échange éducatif lancé par le College et l’acquéreur du tableau, la National Gallery d’Art de Londres. Néanmoins, ces démarches — aussi louables soient-elles — n’atténuent pas le fait que les fonds obtenus par cette vente seront utilisés à des fins qui, nous le croyons, seront finalement nuisibles à notre domaine ».

L’AAMD ne fait pas de distinction entre les musées indépendants et ceux qui font partie d’une institution éducative. Parmi ses 236 institutions membres, L’AAMD compte 59 musées qui font partie d’un collège ou d’une université, selon une porte-parole de l’organisation, qui ajoute que « l’AAMD estime que les collèges et universités qui possèdent des musées d’art doivent les gérer en adhérant aux mêmes règles des autres musées d’art ».

Dans un communiqué, le Randolph College fait remarquer que son musée n’est pas membre de l’AAMD et défend la vente : « Notre conseil d’administration a la responsabilité financière de prendre les meilleures décisions pour l’avenir du Randolph College en tant qu’institution éducative … nous nous permettons de nous opposer au raisonnement [de l’AAMD] ». En 2007 déjà, le Randolph College avait annoncé la vente future de Men of the Docks et de Troubadour de Rufino Tamayo (qui a rapporté 7,2 millions de dollars chez Christie’s en 2008), ainsi que de deux autres tableaux, The Peaceable Kingdom d’Edward Hicks et Through the Arroyo d’Ernest Martin Hennings. Karol Lawson, la directrice du Maier Art Museum à l’époque, avait démissionné pour protester contre cette décision. Brenda Edson, une porte-parole de Randolph College, a confirmé que le conseil d’administration entend toujours vendre les deux derniers tableaux mais n’a pas voulu indiquer ni la date, ni les conditions de la vente.

Selon une perspective juridique, il est vrai que la première responsabilité d’un conseil d’administration universitaire est à l’égard de l’université. Selon l’avocat Nicholas O’Donnell, qui s’est exprimé lors d’un colloque à l’université Columbia en octobre sur l’aliénation des biens par les musées, si une université a des problèmes financiers graves qui menacent l’institution, les directeurs sont tenus de considérer tous les moyens de la sauver, y compris la vente d’œuvres d’art ou même la fermeture d’un musée.

Mais cela est parfois difficile à faire accepter au public. En 2009, en raison de la crise financière, l’université Brandeis avait voulu fermer son Rose Art Museum en vendant la collection entière, mais après un tollé général et une action en justice portée par des mécènes du musée, l’université s’est engagée en 2011 à garder la collection intacte.

En savoir plus

« Polo Crowd (1910), de George Bellows, a été adjugée 27,5 millions de dollars chez Sotheby’s en 1999, un record aux enchères pour un tableau américain »
Le MoMA remodèle ses collections, Le Journal des Arts , 30 avril 2004

« J’aimerais avoir un Bellows [...] Bellows est un grand artiste dont les œuvres soutiennent la comparaison avec Goya et Manet. »
Nicholas Penny directeur de la National Gallery de Londres - Le Journal des Arts , 11 avril 2008

Légendes photos

Randolph College, Virginie - © Photo Jerrye & Roy Klotz - 2006 - Licence CC BY-SA 3.0

Georges Bellows, Men of the Docks (1912) - Huile sur toile - source Wikimedia

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque