Dimanche 22 juillet 2018

Musée

La justice autorise le Berkshire Museum à vendre ses œuvres

Par Alexia Lanta Maestrati · lejournaldesarts.fr

Le 9 avril 2018 - 491 mots

PITTSFIELD / ETATS-UNIS

Après des mois de litige, la justice du comté de Suffolk consent à ce que le Musée de Berkshire vende une quarantaine d’oeuvres.

Le Berkshire Museum
Le Berkshire Museum

Lorsque le Berkshire Museum annonçait en juillet 2017 la vente d’une quarantaine d’oeuvres de sa collection chez Sotheby’s pour faire face à des difficultés économiques majeures, cette annonce  a ouvert une polémique dans le milieu muséal et le musée a été assigné en justice. Le jeudi 5 avril 2018 se déroulait la dernière étape de la procédure durant laquelle le juge David A.Lowry, du tribunal de Suffolk  (Etat de New York), a donné son accord final à la vente. La vacation, dont la date n’a pas encore été communiquée, comprend des oeuvres d’artistes de renom tels que Alexander Calder, Norman Rockwell ou Francis Picabia.

Selon le New York Times, le juge Lowry a reconnu que le musée rencontrait  « d’importants problèmes financiers » et que la vente d’une partie de sa collection est indispensable à sa survie.  « L’art exposé au Berkshire Museum enrichit la vie de toute la communauté et le musée est une source d'accès à la culture pour tous les visiteurs [...] L’aspect philanthropique du musée relatif à l'étude des arts, des sciences et de la culture historique doit être protégé. », a-t-il tenu à préciser.

Déjà en février 2018 le procureur général du Massachusetts autorisait le musée à se séparer de ses oeuvres, sous certaines conditions qui sont maintenues. Le musée sera autorisé à utiliser 50 millions de dollars (42 millions d’euros) pour financer son exploitation, au-delà, les produits de l’adjudication  devront être consacrés à l’acquisition de nouvelles oeuvres.
 
La vente qui devrait rapporter environ 50 millions de dollars  servira à rénover le bâtiment, , assainir la situation financière et aider le musée à développer son programme « New Vision ». Ce dernier vise à mettre l'accent sur les sciences et les technologies et à créer des expositions plus interactives. 

On sait déjà que Chez le barbier Shuffle Ton (1950) de Norman Rockwell rejoindra les collections d’un musée dont l’identité n’a pas encore été dévoilée. Les héritiers Rockwell avaient fait appel à la justice lors de l’annonce de la vente d’oeuvres de  leur aïeul. Ils avaient abandonné la procédure en février suite à l’annonce de la vente de l’oeuvre à un autre musée. 

Beaucoup de voix se sont levées au cours des derniers mois contre cette cession. Pour l’Association des directeurs de musées américains (AAMD), qui considère que la vente d'oeuvres d’art ne peut servir seulement qu'à l’acquisition d’autres oeuvres ou à la préservation des collections, la décision du Berkshire constitue une violation de l'éthique et des standards de la profession. L’AAMD a également annoncé, qu’elle censurerait ou sanctionnerait le musée pour toutes ventes qui serviront à financer l’exploitation ou alimenter le fonds de dotation. L’AAMD a dans le passé sanctionné le Maier Museum of Art en 2014 pour avoir vendu des oeuvres, elle  avait alors interdit à ses membres tout prêt d’oeuvres à l’institution. 

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque