Jeudi 13 décembre 2018

Musée - Restitutions

La Guggenheim Foundation restitue un Kirchner extorqué par les nazis

Par Elise Kerner-Michaud · lejournaldesarts.fr

Le 8 octobre 2018 - 304 mots

NEW YORK / ETATS-UNIS

Un tableau du peintre expressionniste Ernst Ludwig Kirchner a été rendu aux héritiers américains d’un marchand d’art juif allemand.

Kirchner Artillerymen Das Soldatenbad
Ernst Ludwig Kirchner (1880–1938), Das Soldatenbad (Le bain des soldats) [en anglais : The soldier bath ou Artillerymen (Les artilleurs)], 1915, 140,3 × 151,8 cm, huile sur toile, Solomon R. Guggenheim Museum.
Photo wikimedia

La fondation Solomon R. Guggenheim va restituer une œuvre d’Ernst Ludwig Kirchner aux héritiers de la famille qui la possédait avant son acquisition par un membre du parti nazi en 1938. Cette décision fait suite aux recherches menées  par l’institution, qui ont permis de retracer la provenance exacte du tableau Artillerymen, peint en 1915 par l’artiste allemand. 

La toile avait été acquise par le musée en 1988 par échange d’œuvres avec le MoMA. A l’époque, le catalogue raisonné de l’œuvre Kirchner mentionnait qu’un certain Kurt Feldhäusser avait acheté le tableau à un collectionneur allemand nommé Hermann Lange en 1938. Or, la fondation Solomon R. Guggenheim a établi qu’à cette date, le tableau se trouvait en possession de Rosi Hulisch, nièce du marchand Alfred Flechtheim qui avait fui l’Allemagne en 1933. Cette information place ainsi la vente dans le contexte des persécutions menées par les nazis. Entrée sur le marché américain après la guerre, l’œuvre a ensuite été acquise en 1952 par un couple qui en fait don au MoMA en 1956. 

Pour Michael Hulton, héritier d’Alfred Flechtheim, « le processus de restitution est avant tout une reconnaissance des souffrances vécues par les familles victimes des nazis, ainsi qu’une  manière de leur rendre hommage ».  Il remercie la fondation d’avoir ainsi suivi les recommandations formulées en 1998 lors de la Conférence de Washington sur les biens pendant l’Holocauste, en particulier concernant les spoliations dans le domaine artistique. 

Les Etats-Unis se sont dotés de plusieurs textes de loi dans ce domaine, notamment le Holocaust Expropriated Art Recovery  (HEAR) en 2016. Cette loi a permis des avancées dans plusieurs affaires de ce type, comme pour le Trésor des Guelfes ou la suspension d’une vente d’aquarelles d’Egon Schiele.
 

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque