Vendredi 15 novembre 2019

Restitutions

Nazisme : l'Allemagne restitue un tableau à la famille de l'ex-ministre français Georges Mandel

Par LeJournaldesArts.fr (avec AFP) · lejournaldesarts.fr

Le 9 janvier 2019 - 382 mots

BERLIN / ALLEMAGNE

L'Allemagne a restitué un tableau dont la famille de l'ancien ministre français de confession juive Georges Mandel avait été spoliée par les nazis, a annoncé mardi le gouvernement.

Le tableau du peintre français Thomas Couture, intitulé Portrait de jeune femme assise, a été restitué mardi par la secrétaire d'Etat à la Culture Monika Grütters. Il était jusqu'à lundi exposé à Berlin dans le cadre d'une grande exposition d'œuvres confisquées par le régime nazi.

De son vrai nom Louis Rothschild, M. Mandel, ancien ministre sous la IIIe République, a été assassiné en juillet 1944 par des miliciens français qui collaboraient avec le régime nazi. Il était le premier propriétaire de ce tableau de M. Couture, un peintre du XIXe siècle. La toile faisait partie des centaines d'œuvres léguées par le collectionneur d'art germano-autrichien Cornelius Gurlitt, décédé en 2014. Son père, Hildebrand, avait été chargé par les nazis de vendre des œuvres volées aux Juifs ou confisquées pour "décadence". "Cette affaire nous rappelle qu'il ne faut jamais cesser l'évaluation sans réserve du vol d'œuvres d'art dont l'Allemagne est responsable", a commenté Mme Grütters. 

C'est grâce au travail d'une équipe de chercheurs allemands sur la collection Gurlitt qu'il a pu être prouvé que ce tableau appartenait bien à M. Mandel. Le dossier de la succession de M. Mandel évoquait la présence d'un petit trou sur la toile, qui avait été bouché, grâce auquel il a pu être prouvé que le tableau appartenait bien à l'ex-ministre. La Commission française pour l'indemnisation des victimes de spoliations a permis de contacter les héritiers de M. Mandel.

L'Allemagne et le Kunstmuseum de Berne sont convenus en 2014 d'examiner la provenance de plus de 1 500 œuvres afin de les rendre aux descendants de victimes du nazisme. En décembre 1998, après des décennies d'inertie, 44 Etats s'étaient engagés à retrouver et, si possible, restituer les œuvres volées par les nazis. La déclassification de nombreux documents, l'émergence d'internet et de la numérisation ont donné accès à tous les musées, marchands d'arts et maisons d'enchères. Des dizaines de bases de données, parfois constituées à partir d'archives nazies, sont disponibles. Les grandes maisons d'enchères, Christie's et Sotheby's, se sont mises au diapason et ont constitué, depuis la fin des années 90, des équipes dédiées.

Cet article a été publié par l'AFP le 8 janvier 2019.

Thématiques

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque