Mercredi 28 octobre 2020

Restitutions

La ville de Cologne restitue onze dessins aux héritiers Flechtheim et Glaser

Par Isabelle Spicer (Correspondante à Berlin) · lejournaldesarts.fr

Le 31 décembre 2013 - 497 mots

COLOGNE / ALLEMAGNE

BERLIN (ALLEMAGNE) [31.12.13] - Six dessins ont été restitués aux héritiers Flechtheim, cinq aux héritiers Glaser par la ville de Cologne. Grâce à deux arrangements différents, ces dessins resteront au musée Ludwig.

La ville de Cologne a annoncé la restitution de deux ensembles de dessins aux héritiers Flechtheim d’une part et Glaser d’autre part.

Six dessins de Karl Hofer, Paula Modersohn-Becker, Ernst Barlach, Aristide Maillol et Wilhelm Morgner ont été restitués à la descendance d’Alfred Flechtheim. Celui-ci était un important marchand d’art et collectionneur, persécuté par les nazis en raison de sa religion juive et de son engagement pour l’art moderne considéré comme dégénéré par le régime. Il avait émigré à Londres, via Paris, en 1933. Après son départ, l’ancien Directeur de la galerie Alfred Flechtheim, Alex Vömel, s’était approprié une partie de la collection, et avait ouvert sa propre galerie dans les mêmes locaux.

En 1934, l’avocat Josef Haubrich avait acquis ces six dessins. Via la fondation Haubrich, le musée Wallraf-Richartz avait obtenu ces oeuvres, transférées en 1976 au musée Ludwig nouvellement créé. Les six dessins restitués resteront toutefois au musée Ludwig, grâce à un prêt de longue durée des héritiers Flechtheim.

Le musée leur avait précédemment restitué le 30 avril dernier un tableau de Kokoschka, sur recommandation de la Commission Limbach, mise en place en 2003 par le gouvernement fédéral allemand afin d’enquêter sur la provenance des œuvres dans les musées allemands, suite à la signature de la déclaration de Washington en 1998.

Cinq autres dessins d’Ernst Ludwig Kirchner, Erich Heckel et Georges Kars ont été acquis par la ville de Cologne par compensation financière de la famille de Curt Glaser. Médecin, historien et critique d’art, Curt Glaser avait dirigé la Bibliothèque des Beaux-arts de Berlin de 1924 à 1933. A l’arrivée des nazis au pouvoir, il avait été victime de la politique de limogeage systématique des directeurs de musée juifs. Il avait émigré aux Etats-Unis après diverses étapes dans des pays européens, avant de décéder en 1943. Avant son départ forcé d’Allemagne, il avait dû vendre une grande partie de sa collection lors de deux ventes aux enchères en mai 1933. Les dessins avaient été également acquis par l’avocat Josef Haubrich, et de même confiés aux musées Wallraf-Richartz puis Ludwig.

Que ce soit donc par compensation financière ou par prêt de longue durée, les dessins resteront au musée Ludwig de Cologne. « Les dessins restent dans la collection Haubrich », s’est réjoui Philipp Kaiser, directeur du musée. « Avec le don de sa collection à la ville de Cologne, Haubrich avait envoyé un signal en 1946 : l’art diffamé par les nazis était exposé publiquement, et avait constitué un canon. Nous nous réjouissons que les héritiers de deux importants collectionneurs et connaisseurs d’art, persécutés par l’Allemagne nationale-socialiste en tant que juifs et défenseurs de l’art moderne, aient décidé de conserver les dessins dans le contexte de la collection Haubrich », a-t-il conclu. Les dessins sont actuellement exposés au musée Ludwig jusqu’à fin avril 2014.

Légende photo

Musée Ludwig, Cologne © Photo Raimond Spekking - 2006 - Licence CC BY-SA 3.0

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque