Dimanche 20 septembre 2020

Musée

Un nouveau « Musée national du Qatar »

Par Olympe Lemut · Le Journal des Arts

Le 26 novembre 2018 - 491 mots

DOHA / QATAR

Le dernier-né des musées qataris sera inauguré fin mars 2019. Il retrace l’histoire culturelle du pays de la préhistoire à aujourd’hui, dans un bâtiment contemporain conçu par le Français Jean Nouvel.

Doha. Le Qatar possède déjà un Musée arabe d’art moderne et contemporain (Mathaf) et un musée d’art islamique (MIA), gérés par l’organisme d’État Qatar Museums qui administre aussi le Musée national actuel. Celui-ci devient le nouveau musée du patrimoine du Qatar, puisqu’il intègre au bâtiment conçu par Jean Nouvel l’ancien musée situé dans le palais du fils du fondateur du Qatar moderne, le cheikh Abdallah ben Jassem al-Thani. Comme se plaisent à le souligner les autorités qataries, ce musée doit allier « valeurs ancestrales et modernité » tout en légitimant une certaine vision du Qatar contemporain.

Pour ce bâtiment d’une surface de 40 000 mètres carrés, Jean Nouvel a puisé dans des éléments traditionnels de la culture arabe bédouine, le désert et sa géologie. L’architecte affirme avoir choisi « la symbolique de la rose des sables » comme caractéristique principale, d’où les toitures en forme de disques étagés qui se succèdent autour de l’ancien musée restauré. Cette forme rappelle les « pétales » des roses des sables érodés par le vent du désert. Au centre du bâtiment, des jardins de style oriental pourront accueillir des œuvres monumentales, telles les sculptures de l’artiste contemporain français Jean-Michel Othoniel inspirées par les courbes de la calligraphie arabe. L’ensemble de l’architecture du musée exploite donc le fonds culturel propre à la péninsule Arabique.

Tradition et modernité

Pour renforcer l’alliance de la tradition et de la modernité, Jean Nouvel précise qu’il a utilisé « les matériaux les plus contemporains », comme le béton renforcé de fibres, l’acier et le verre. La direction du musée annonce une scénographie innovante également conçue par Jean Nouvel où les vidéos et les expériences immersives tiennent une large place. L’histoire récente du pays est abordée de manière tout aussi moderne afin de présenter le Qatar comme un lieu tourné vers l’avenir. Le parcours muséal divisé en trois sections chronologiques présentera plusieurs objets remarquables, dont le plus célèbre est le tapis de perles du maharajah de Barod. Datant de 1865, il est brodé de plus de un million de perles du golfe Persique ainsi que de plusieurs milliers de gemmes. Cet objet rappelle que le Qatar fut dans le passé un important port de commerce tourné vers l’Asie, et un haut lieu de pêche à la perle, deux éléments présents dans le parcours du musée. Les objets rares et les œuvres d’art contribuent à faire du musée « un caravansérail moderne », selon les termes de Jean Nouvel, qui en appelle à l’imaginaire du visiteur.

Comme la plupart des musées de la péninsule Arabique, le Musée national du Qatar met ainsi en valeur la culture traditionnelle tout en positionnant le pays comme un lieu espéré incontournable de la culture mondialisée. Il concurrence ainsi à plus d’un titre le Louvre-Abou Dhabi conçu par Jean Nouvel et inauguré il y a un an.

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°511 du 16 novembre 2018, avec le titre suivant : Un nouveau « Musée national du Qatar »

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque