Musée

Stonehenge a (enfin) son musée

Par Julien Rocha · lejournaldesarts.fr

Le 18 décembre 2013 - 417 mots

AMESBURY (ROYAUME-UNI) [18.12.13] – Après des années d’atermoiements le site de mégalithes anglais Stonehenge est enfin doté d’un musée qui tente de retracer son histoire et proposer au public ses diverses interprétations.

Mercredi 18 décembre 2013, quelques jours à peine avant le solstice d’hiver qui attire chaque année le double de visiteurs, les portes du nouveau centre d’accueil de Stonehenge s’ouvrent au public. Situé à 2,4 kilomètres du site, auquel il est relié par un système de navettes, le bâtiment a été inauguré le 14 décembre, accompagné d’un défilé d’une centaine de figurants grimés en druides qui sont allés effectuer une cérémonie en l’honneur du soleil au sein de ce qui est considéré par certains comme un temple ou un observatoire astronomique.

Moyennant un budget de 32 millions d’euros, financés par des partenaires privées dont le Heritage Lottery Fund, selon le Telegraph, le musée est l’aboutissement de plusieurs années de réflexions et de projets infructueux menés depuis 1992. Annoncée pour l’été 2012, dans le contexte des Jeux Olympiques londoniens, son ouverture avait finalement été reportée à cause des coupures budgétaires du nouveau gouvernement.

L’architecture est signée de l’agence australienne Denton Corker Marshall, à qui l’on doit notamment le Musée de Melbourne et le Civil Justice Centre de Manchester. Minimaliste, elle propose un bâtiment de plain-pied composé d’un fin tapis métallique soutenu par de très minces colonnes irrégulièrement inclinées, sous lequel sont installés deux blocs en verre séparés par un grand hall d’accueil ouvert. Des formes étonnantes à la fois contemporaines et primitivistes qui se mêlent au paysage et répondent par leur légèreté aux volumes massifs du site de Stonehenge à proximité.

Le musée propose aux visiteurs, outre des installations aux normes qui manquaient au site (caisses, commodités, boutique), deux espaces d’exposition, l’un permanent et l’autre temporaire, dédiés à la connaissance du monument préhistorique élevé au troisième millénaire avant notre ère. Le clou du spectacle consiste en une immersion virtuelle à 360° du spectateur au centre du monument de manière à constater son lien avec le cycle solaire. La première exposition temporaire est dévolue à l’interprétation de Stonehenge du XIIe au milieu du XXe siècle, retraçant les légendes et les théories qui ont forgées sa réputation.

Stonehenge accueillait jusqu’à présent un million de visiteurs par an. Si les nouvelles installations devraient entraîner une forte augmentation de sa fréquentation, elles justifieraient selon English Heritage, l’organisme en charge de la conservation des monuments patrimoniaux anglais, une augmentation significative du prix du billet, ce dernier passant de 9,5 à 17,50 euros.

Légendes photos

Expérience virtuelle à 360° de Stonehedge permettant de découvrir les solstices d'été et d'hiver - © photo English Heritage

Stonehenge - circa 1885 - source Wikimedia

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque