Samedi 14 décembre 2019

Musée

Le musée de George Lucas prend son envol

Par Sarah Belmont · Le Journal des Arts

Le 7 avril 2018 - 855 mots

LOS ANGELES / ETATS-UNIS

Après d’innombrables contretemps, le musée qui abritera la collection d’art américain du cinéaste à Los Angeles célèbre en grande pompe les premiers coups de pelles du chantier qui s’achèvera d’ici 2021.

Le projet de bâtiment pour le Lucas Museum of narrative art, à Chicago.
Le projet de bâtiment pour le Lucas Museum of narrative art, à Chicago.
Courtesy Lucas Museum of narrative art

Los Angeles. Voilà bientôt quatre ans que certains attendent ce moment avec impatience. Mercredi 14 mars se tenait l’inauguration officielle de la construction du Lucas Museum of Narrative Art, institution culturelle et éducative qui aurait théoriquement dû voir le jour à Chicago. L’événement marquait la première intervention publique du réalisateur concernant ce projet. Parmi les invités – deux cents privilégiés – les journalistes n’étaient pas légion, encore moins les étrangers.

Aussi stratégique soit-il, cet emplacement n’était pas celui prévu initialement ; ce que n’a pas manqué de rappeler chacun des intervenants. Si les prises de parole de George Lucas et de sa femme Mellody Hobson pouvaient laisser entendre que leur choix s’était toujours porté sur Los Angeles, Eric Garcetti, le maire de la ville, s’est fait un plaisir de les contredire : « Je me souviens d’une conversation téléphonique où George m’expliquait que nous avions 5 % de chance d’être retenus comme la terre d’accueil de son musée. Ces 5 % étaient tout ce dont j’avais besoin pour espérer un retournement de situation. » Mais peu importe que le choix se soit porté sur la Cité des Anges par défaut. Pour Mark Ridley-Thomas, le superviseur du comté, tout ce qui compte c’est que le réalisateur soit à l’origine de « la plus grosse donation privée (un milliard de dollars, ndlr) jamais accordée à Los Angeles ». Difficile de lui reprocher ses hésitations, dans ces conditions.

Le projet de bâtiment pour le Lucas Museum of narrative art, à Chicago.
Le projet de bâtiment pour le Lucas Museum of narrative art, à Chicago.
Courtesy Lucas Museum of narrative art

Interrogé sur le choix de Los Angeles, Don Bacigalupi, le président du Lucas Museum, répond au Journal des Arts que Chicago a été poursuivie en justice par Friends of the Parks, une association opposée au projet. « Le procès s’éternisait, retardant le début des travaux. Or, nous souhaitions tout sauf être une source de complications. Nous nous sommes donc mis en quête d’une nouvelle destination. » Neuf mois plus tard, l’équipe du Lucas Museum annonçait son rapatriement en Californie. « Ce n’est pas comme si nous ne partions de rien. Tout le travail effectué en amont nous a grandement facilité la tâche. Nous savions exactement ce que nous voulions », ajoute Don Bacigalupi. Et pour cause, les ressemblances entre le concept initial et son adaptation californienne sont fortes. Le bâtiment, qui devait trôner au milieu de Museum Campus, le quartier des musées à Chicago, occupe désormais Exposition Park, au sud de Los Angeles. Coïncidence ou non, chacun de ces deux sites abrite un musée d’histoire naturelle. Enfin, il s’agit, de même que sur la côte est, de transformer un parking en une institution culturelle doublée d’un espace vert « récréatif pour les esprits créatifs ». Si l’association Friends of the Parks, supposée écologiste, voyait ce type de reconversion d’un mauvais œil, la Cité des Anges s’est, elle, montrée plus que conciliante à l’idée de remplacer des voitures par des plantes.

Un vaisseau destiné aux « arts de la narration »

Bien sûr, cette nouvelle localisation ne va pas sans changements. Le musée, qui devait ressembler à une montagne, prendra finalement l’allure d’une navette spatiale (28 000 mètres carrés), dont l’horizontalité contrastera avec l’aplomb du Space Shuttle Endeavour OV-105, vaisseau retraité exposé à proximité. À ce propos, la section Star Wars, dont il était vaguement question dans le Midwest, n’est plus à l’ordre du jour. Exit, aussi, l’idée d’un découpage en trois parties. L’édifice sera divisé en deux ailes, toutes deux coiffées au quatrième et dernier niveau par un espace d’expositions de neuf mille mètres carrés. L’entrée nord mènera à un café, une boutique et deux cinémas ; tandis que l’entrée sud, réservée aux étudiants et groupes scolaires, conduira à une bibliothèque et des salles de classe. « Une centaine d’écoles publiques entourent Exposition Park, sans compter l’université de Southern California ; ce qui nous permettra de développer notre volet éducatif. Comme dirait Mellody Hobson : “Nous rêvons de construire une école pour les écoles” ». Un rêve qui n’est pas encore tout à fait devenu réalité.

Le plus concret est à venir. De nombreux partenariats restent à créer, tant avec les établissements scolaires que les musées voisins, dont le California Science Center. « Des discussions ont été entamées avec le LAUSD (Los Angeles Unified School District). J’échange régulièrement avec l’un de mes confrères du Rijksmuseum », déclare Bacigalupi. La collection, qui regroupe pour le moment quatre à cinq mille pièces, se veut également en constante mutation. « Notre point fort sera toujours l’art américain des années 1900 à 1960, noyau dur du legs de George Lucas, mais nous comptons inclure des créations digitales et contemporaines », poursuit le président dont le nombre de collaborateurs est passé d’un à sept en un an. « La construction du musée devrait créer une quinzaine de milliers d’emplois. Et après l’ouverture, nous serons probablement trois cents à travailler en interne. » Tout nouveau membre du conseil d’administration, Steven Spielberg a en commun avec Lucas de collectionner Norman Rockwell, seul artiste mentionné durant la conférence de presse. L’annonce de sa nomination et sa présence au premier rang ont surpris tout le monde. Un coup de théâtre qui ne sera certainement pas le dernier.

 

 

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°498 du 30 mars 2018, avec le titre suivant : Le musée de George Lucas prend son envol

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque