Justice - Musée

Italie : la justice rouvre la porte aux étrangers directeurs de musées

Par LeJournaldesArts.fr (avec AFP) · lejournaldesarts.fr

Le 26 juillet 2017 - 333 mots

ROME / ITALIE

ROME (ITALIE) [26.07.17] - Le Conseil d'Etat italien, le tribunal administratif suprême dans la péninsule, a statué lundi soir qu'un étranger pouvait diriger le Parc archéologique du Colisée, ouvrant la porte à la réintégration des dirigeants étrangers de musées suspendus en mai.

Le Tribunal administratif de Rome avait décidé en mai que l'appel à candidatures pour relancer les plus grands musées italiens ne pouvait être élargi aux citoyens non italiens. Le tribunal avait été saisi par plusieurs candidats malheureux lors de la nomination en 2015 de nouveaux directeurs, dont sept étrangers, pour 20 musées nationaux figurant parmi les plus visités au monde mais qui souffrent souvent d'une image poussiéreuse.

Le ministre italien de la Culture, Dario Franceschini, grand promoteur de cette réforme, et qui avait déposé un recours, s'est félicité mardi estimant que cette décision du Conseil d'Etat « rend vraiment justice ». Le tribunal administratif suprême se prononçait sur un litige opposant la mairie de Rome au ministère de la Culture, concernant l'intégration du Colisée dans un parc archéologique plus vaste, voulue par M. Franceschini, et l'éventuelle nomination d'un directeur étranger de ce nouvel ensemble.

Mais dans ses attendus, le Conseil d'Etat fait des considérations d'une portée plus large permettant de penser qu'il pourrait réintégrer, lors d'une audience sur ce sujet prévue en octobre, les directeurs étrangers suspendus depuis fin mai. Selon le Conseil d'Etat, « le droit européen et la jurisprudence de la Cour de justice européenne » admettent des dérogations au principe de la libre circulation des citoyens européens mais seulement dans des secteurs spécifiques comme « les forces armées, la police et autres forces de l'ordre publiques, la magistrature, l'administration fiscale et la diplomatie ».

Dans le cadre de la gestion d'un musée, une tâche « essentiellement économique et technique, une sélection publique internationale est donc légitime », a assuré la juridiction. Dans ce contexte, M. Franceschini a immédiatement annoncé la nomination de la Bulgare Irina Bokova, directrice générale de l'Unesco, au conseil d'administration du nouveau parc archéologique du Colisée.

Légende photo

Partie reconstituée des gradins du Colisée, Rome (Italie) © Photo Jebulon - 23 août 2013 - Photo sous Licence Domaine public CC 1.0

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque