Samedi 17 novembre 2018

Fondation

Édouard Carmignac ouvre un lieu public pour sa collection à Porquerolles

Édouard Carmignac se met en scène à Porquerolles

Par Jean-Christophe Castelain · Le Journal des Arts

Le 9 juin 2018 - 644 mots

L’homme d’affaires a inauguré un lieu intelligemment transformé sur l’une des îles au large d’Hyères, où il montre une partie de sa collection et de lui-même.

Édouard Carmignac
Édouard Carmignac
Photo Thibault Stipal

Hyères (Var).« Embûches » « péripéties » « complications », les discours d’inauguration des officiels et des Carmignac père et fils n’ont pas masqué les difficultés rencontrées par l’homme d’affaires pour montrer sa collection sur l’île de Porquerolles. Sur le papier, et plus encore sur place, on comprend pourquoi un tel centre d’art peut poser problème. L’une des trois îles d’Hyères est tout entière située dans l’emprise du Parc national de Port-Cros, qui depuis 1963 permet de protèger les lieux. Mais grâce à l’appui conjoint des élus locaux et d’une partie des 350 habitants permanents de Porquerolles qui, dès l’enquête publique de 2013, se sont déclarés favorables, le financier a pu surmonter ces difficultés. Ségolène Royal, ancienne ministre de l’Environnement qui exerce à ce titre sa tutelle sur les parcs nationaux, était d’ailleurs présente au dîner de vernissage qui rassemblait tout le gratin de la scène artistique parisienne.

Villa Carmignac, Porquerolles
Villa Carmignac, Porquerolles
Photo Lionel Barbe

Édouard Carmignac a pourtant dû y mettre du sien. Après avoir racheté il y a quelques années ce domaine viticole modernisé dans les années 1980 par Henri Vidal et dont il était tombé amoureux lors d’un séjour en 1989, il s’est engagé à conserver l’apparence générale de la villa et à ne pas augmenter l’emprise au sol du bâti. Le premier architecte, Marc Barani, qui a depuis rendu son tablier, a imaginé d’utiliser les remblais sur lesquels repose la maison pour construire un espace semi-enterré d’une surface de 2 000 m². Les ouvertures sur le jardin et vers le ciel, en particulier une ancienne piscine transformée en plafond liquide transparent, font cependant très vite oublier l’enfouissement des salles disposées en forme de croix.

À l’extérieur, la villa rénovée s’intègre sans heurt manifeste dans le paysage. Une longue allée rectiligne minérale mène à l’entrée de la Fondation où trône l’immense sculpture d’un dragon tiré d’une légende locale, l’Alycastre, réalisée par Miquel Barceló. L’Espagnol est l’un des auteurs de la vingtaine d’œuvres commandées dont certaines parsèment le parc qui entoure la propriété, telles celles de Nils Udo ou de Jeppe Hein. Le jardin, encore en devenir, a été pris en main par le paysagiste Louis Benech.

À visiter pieds nus

Le visiteur est invité à se promener pieds nus dans les salles d’exposition – « mon père aime avoir les pieds nus l’été », glisse Charles. Cette trouvaille se révèle heureuse : dans la chaleur méditerranéenne, il est agréable de sentir le contact rugueux et froid avec la pierre en grès du sol. L’exposition inaugurale, constituée essentiellement d’œuvres choisies par le commissaire Dieter Buchhart parmi les 300 pièces acquises par le financier, est sans surprise, plusieurs sont connues et exposées dans les locaux parisiens de l’entreprise. Elle reflète bien les goûts du collectionneur, qui n’aime pas trop « l’art conceptuel », lui préférant la peinture, notamment le pop art américain. Une salle entière confronte ainsi plusieurs tableaux de Roy Lichtenstein à deux nus de Sandro Botticelli, l’un prêté, l’autre récemment acquis.

Le lieu, qui flatte la personnalité de son propriétaire, constitue sans doute l’un des rares investissements qui ne lui rapportera pas d’argent. Le journal Le Monde évoque une dépense de 80 millions d’euros. Même avec un billet d’entrée à 15 euros, à raison de 50 visiteurs (leur nombre est limité) toutes les 30 minutes, il sera difficile au génie de la finance de « rentrer dans ses fonds ». Mais tel n’est évidemment pas son objectif. L’enjeu est surtout d’attirer du monde, dans un premier temps durant avril à octobre-novemebre. Le monde, il n’en manque pas sur cette île ultra-touristique (15 000 vacanciers font l’aller-retour dans la journée). Mais de retour de la plage, auront-ils envie de voir de l’art contemporain, même accessible ?

Fondation Carmignac, Sea of Desire

Jusqu’au 4 novembre, île de Porquerolles, Hyères, ouvert tlj, horaires variables selon la période, www.fondationcarmignac.com

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°503 du 8 juin 2018, avec le titre suivant : Édouard Carmignac se met en scène à Porquerolles

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque