Dimanche 19 janvier 2020

Fondation

Carmignac Gestion chahutée en bourse

Interrogations sur les actifs de Carmignac Gestion

Sous-performance, désengagement de plusieurs investisseurs, Carmignac Gestion, qui finance la fondation d’art contemporain installée sur l’île de Porquerolles, traverse une mauvaise passe.

Par Frédéric Therin, correspondant à Munich · Le Journal des Arts

Le 20 novembre 2018 - 761 mots

PARIS

La société de gestion d’actifs est entrée dans une période de turbulence. Si la fondation d’art contemporain Carmignac installée sur l’île de Porquerolles se porte bien, les contre-performances de son principal financeur pourraient à terme l’affecter.

Edouard Carmignac
Edouard Carmignac
© photo Matthieu Salvaing, 2017

Paris. Les mauvaises nouvelles se suivent et se ressemblent pour Carmignac. Alors que le quotidien Le Monde daté du 7 novembre a révélé que le Parquet national financier avait ouvert une enquête préliminaire à son encontre pour fraude fiscale, le gérant d’actifs doit déjà faire face à une certaine méfiance des investisseurs.

La première société de gestion indépendante française, qui gère les avoirs de ses clients pour les réinvestir dans des instruments financiers telles des actions et obligations, affiche, depuis de nombreux mois, de bien piètres performances sur les marchés financiers. Son fonds vedette, Carmignac Patrimoine, a reculé de 8,81 % lors des six derniers mois, alors que les portefeuilles de ses concurrents ont progressé dans le même temps de 1,94 %. Sur les trois dernières années, la baisse de ce fonds atteint 4,38 % tandis que ses rivaux affichent une hausse de 10,61 %. Sur cinq ans, Carmignac Patrimoine enregistre des performances plus de quatre fois inférieures à celles des fonds patrimoniaux diversifiés (5,60 % contre 21,39 %). L’autre produit vedette de la société, Carmignac Investissement (actions internationales), affiche, lui aussi, des résultats nettement inférieurs à ceux de son indice de référence. Depuis le 1er janvier, sa valorisation a chuté de 7,28 % alors que celle de sa catégorie a augmenté de 8,32 %.

Les sous-performances de Carmignac seraient la conséquence, selon les analystes, d’une mauvaise estimation de l’impact de la politique du président Donald Trump aux États-Unis et d’investissements malheureux, notamment en Chine et sur le dollar. Son exposition très élevée sur les marchés d’actions s’est également révélée risquée dans une période où les Bourses ont plutôt tendance à faire grise mine.

Importants retraits

Ces mauvaises nouvelles ont poussé de nombreux investisseurs à retirer leurs fonds pour partir à la concurrence. La société de gestion a ainsi vu ses encours passer de 55,64 milliards d’euros à moins de 45 milliards d’euros en dix mois, selon les données publiées par Quantalys alors que Carmignac, qui a refusé de répondre aux questions du JdA concernant ses activités financières, affirme toujours gérer 50 milliards d’euros à la fin septembre. Carmignac Patrimoine, qui a dépassé 26,5 milliards d’euros sous gestion en mai 2013 selon Europerformance, pèserait, quant à lui, tout juste 14,6 milliards d’euros aujourd’hui. Le quotidien britannique Financial Times estime, pour sa part, que ce fonds n’afficherait actuellement plus que 17 milliards d’euros d’encours contre 30 milliards en 2013.

Le quotidien financier britannique se demandait d’ailleurs, dans un long portrait publié le 9 octobre dernier, pourquoi « la rock star de la finance française avait du mal à rester au diapason », une allusion aux concerts privés que le gérant français a pris l’habitude d’organiser pour ses clients et son personnel. En janvier, Eric Clapton avait ainsi rejoint une longue liste d’invités prestigieux et… coûteux parmi lesquels The Rolling Stones, Rod Stewart, Simply Red ou Neil Young.

Ballotté par la tempête, Édouard Carmignac a choisi, en septembre, de prendre du recul et de mieux s’entourer pour tenir la barre du navire qu’il a fondé en 1989. Recruté en 2015 et responsable de l’équipe actions depuis 2017, David Older a été promu au poste de gérant de Carmignac Investissement et de cogérant de Carmignac Patrimoine. Longtemps focalisée sur les marchés émergents, la société de gestion a également choisi de diversifier son offre en lançant récemment un fonds flexible alloué uniquement à l’Europe, baptisé « Carmignac Portfolio Patrimoine Europe ». Mais le net recul de la valorisation de ses fonds fragilise ce fleuron de la finance française qui est la cible de rumeurs récurrentes de cession.

Une première saison réussie pour la Fondation Carmignac

Ces soucis pourraient, à terme, avoir des conséquences fâcheuses pour la fondation qui porte le nom de l’homme d’affaires aujourd’hui âgé de 71 ans. Inauguré au mois d’avril sur l’île de Porquerolles au large d’Hyères, près de Marseille, ce lieu d’exposition d’art contemporain a connu une première saison réussie avec 70 000 visiteurs accueillis en cinq mois alors que les estimations les plus optimistes tablaient sur une fréquentation de 30 000 personnes. Ouverte cette année du 3 juin au 4 novembre, la fondation devrait à nouveau être accessible au public dès le mois d’avril 2019 jusqu’au tout début du mois de novembre. Mais son financement est en grande partie assuré par la société Carmignac. Si les soucis de cette dernière se confirment, personne ne peut aujourd’hui certifier que la Fondation Carmignac ne risque pas d’en souffrir.

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°511 du 16 novembre 2018, avec le titre suivant : Interrogations sur les actifs de Carmignac

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque