Dubaï dévoile la plus haute tour du monde, « Burj Khalifa »

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 5 janvier 2010 - 363 mots

DUBAI (EMIRATS ARABES UNIS) [05.01.10] – La tour « Burj Khalifa » a été inaugurée en grande pompe le 4 janvier à Dubai. Haute de 828 mètres, pour un coût total estimé à 1 milliard d'euros, la construction multiplie les records, sur fond de crise financière pour le petit émirat du Golfe.

Certains y voient la réussite de Dubaï, d'autres l'outrance qui a conduit l'émirat au bord de la faillite. « Burj Khalifa », de son ancien nom « Burj Dubaï » est la tour la plus haute du monde. Culminant à 828 mètres, un chiffre tenu secret jusqu'à son inauguration le 4 janvier, le building détrône la tour Taipei 101 de Taïwan (508 mètres).

Les travaux ont commencé en 2004, pour un budget estimé à 1 milliard d'euros. Une entreprise pharaonique à la hauteur des projets de l'émirat pour l'avenir : Dubaï veut être un pôle d'affaires d'importance internationale.
Les chiffres sont éloquents : le gratte-ciel est constitué de 330 000 mètres cubes de béton, 39 000 tonnes d'acier renforcé et de 103 000 mètres carrés de verre. Dans les derniers étages, on peut observer les alentours sur une distance de plus de 90 km à la ronde.
Les quelques 1 100 appartements de la tour de 164 étages sont déjà tous vendus, et la société Armani va ouvrir son premier hôtel de luxe dans les premiers niveaux.

Mais cette inauguration cache mal la profonde crise immobilière et financière que traverse l'émirat de Dubaï. La changement de nom de dernière minute du gratte-ciel, Burj Dubaï devenant Burj Khalifa, est du à l'intervention de l'émir d'Abou Dhabi, le cheikh Khalifa, qui a décidé d'apporter une aide de 10 milliards de dollars à l'émirat de Dubaï, incapable d'honorer une dette de 4,1 milliard de dollars.

Le promoteur immobilier, la compagnie Emaar Properties, assurent que l'inauguration amorce une ère nouvelle pour Dubaï, sans vraiment convaincre les marchés financiers : l'action de la compagnie était en baisse de 3,4 % le jour même, selon l'agence Reuters.

Reste que Burj Khalifa devrait détenir le record de hauteur pour la prochaine décennie : les autres grands projets architecturaux sont pour l'instant à l'arrêt en raison de la crise financière.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque