Mercredi 17 octobre 2018

Architecture

La tour Shard ouverte au public londonien

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 14 janvier 2013 - 459 mots

LONDRES (ROYAUME-UNI) [14.01.13] - La tour de Renzo Piano, récemment devenue le deuxième gratte-ciel le plus haut d’Europe, ouvre son observatoire le 1er février 2013.

Inauguré le 5 juillet 2012, The Shard (« l’éclat de verre ») situé dans le quartier de London Bridge au bord de la Tamise, permet d’observer Londres à 360°. Haut de 310 m, le gratte-ciel qui a fait l’objet de nombreuses critiques lors de sa construction, mais qui devient déjà un symbole de la ville, souhaite également être un lieu incontournable pour tout visiteur de passage dans la capitale britannique.

Cette « ville dans la ville » rassemble des bureaux, des commerces, des restaurants, un grand hôtel, des appartements de luxe, et l’observatoire qui en occupe le sommet, du 68e au 72e étage.

Ouvert tous les jours de 9h à 22h, à partir du 1er février 2013, deux ascenseurs permettent d’y accéder à la vitesse de 6 mètres/seconde pour 24,95 livres sterling (soit 30,50 euros) pour les adultes, et 18,95 livres sterling (23 euros) pour les enfants.

The Shard, devenue récemment la deuxième tour la plus haute d’Europe derrière la Mercury City Tower de Moscou toujours en construction mais qui a dépassé les 320 m, pratique des prix élevés qui ne découragent pas les visiteurs.

Plus de trente points d’observations dans le monde offrent une vue d’une hauteur supérieure à celle du Shard, comme ceux du Burj Khalifa de Dubaï, de la Tokyo SkyTree, la CN Tower de Toronto, et même de la Tour Eiffel à Paris. En effet, le troisième étage de la « dame de fer » s’élève à 276 m alors que le belvédère, partiellement à ciel ouvert, du 72e et dernier étage du Shard se trouve à 244 m du sol.

Les tickets pour les deux premiers jours d’ouverture sont déjà tous vendus. Il est d’ailleurs préférable d’acheter ses billets à l’avance pour ne pas payer encore plus cher pour une visite le jour-même (29,95 et 23,95 livres sterling).

Les promoteurs espèrent atteindre le million ou le million et demi de visiteurs annuel. En comparaison, la grande roue voisine inaugurée en 2000, The London Eye, qui offre également une vue sur Londres, à 135 m, et pour 20,28 livres sterling (environ 25 euros), enregistre en moyenne un peu plus de 3,5 millions de visiteurs par an.

Douze télescopes numériques permettent d’observer la gigantesque ville de Londres, du site des Jeux Olympiques 2012 aux collines de Hampstead Heath en passant par les tours de la City. Mais au delà des télescopes traditionnels, ces lunettes munies d’écrans tactiles donnent des informations complémentaires sur les environs, et permettent d’avoir une idée de la vue par temps clair et même de nuit. Un gadget qui a son importance, dans le pays des indispensables parapluies.

Légende photo

Le Shard London Bridge - © Photo Dave Catchpole - 2012 - Licence CC BY 2.0

Thématiques

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque