Photographie

Une nouvelle génération à la tête des institutions photo

Par Christine Coste · Le Journal des Arts

Le 21 février 2018 - 1128 mots

PARIS

L’arrivée de nouveaux conservateurs et directeurs dans les musées et centres d’art s’accompagne d’une approche plus transversale de la photographie, plus ouverte aussi sur le champ de la création contemporaine.

Florian Ebner
Florian Ebner
Photo Jens Nober
Courtesy Museum Folkwang, Essen

Simon Baker à la direction de la Maison européenne de la photographie (MEP), Florian Ebner à la tête du cabinet de la photographie du Musée national d’art moderne (Mnam) : les têtes dirigeantes des institutions ou départements photo s’européanisent. Le premier, qui était jusqu’à présent conservateur au département photographie et art international de la Tate Modern (Londres), remplace en mai Jean-Luc Monterosso, ouvrant une nouvelle ère pour la MEP. La nomination en mars 2017 du second, responsable photo du Museum Folkwang (Essen, Allemagne), pour succéder à Clément Chéroux, renforce au Centre Pompidou une équipe déjà très internationale.
 

Simon Baker
Simon Baker
©MEP

Professionnalisation d’une discipline
Ces nominations s’inscrivent dans une profonde refonte des profils que les institutions de photo parisiennes connaissent depuis l’arrivée au Jeu de paume en 2006 de Marta Gili, précédemment directrice du département photographie et arts visuels à la Fundació La Caixa à Barcelone - même si son précédent directeur, Régis Durand, avait déjà largement contribué à donner son identité au lieu. En 2014, le conseil d’administration des Rencontres d’Arles portait pour la première fois aux commandes du festival un directeur de musée. Sam Stourdzé était en effet directeur du Musée de l’Élysée à Lausanne. « Quand j’ai commencé dans ce milieu il y a une vingtaine d’années, les regards étaient tournés vers les États-Unis. Aujourd’hui ce n’est plus le cas. Les candidatures de Florian Ebner et de Simon Baker en disent long sur l’attractivité de la scène photographique française », souligne Sam Stourdzé.

La France est un haut lieu de la photographie. L’arrivée d’hommes et de femmes de musée, historiens de l’art et de la photo, à la direction des institutions phares de la photo tranche avec les profils autodidactes des générations précédentes. Elle correspond à la professionnalisation d’une discipline désormais reconnue, enseignée à l’Université dans le cadre de l’histoire de l’art et dans les écoles d’art ou de photo.

Les conservateurs spécialisés ont investi les départements exclusivement centrés sur le médium photographique nouvellement créés par les musées. Simon Baker, après un parcours d’enseignant en histoire de l’art et de la photographie, a été le premier conservateur pour la photographie et la création artistique de la Tate Modern, en 2009. Anne Lacoste, directrice de l’« Institut pour la photographie des Hauts-de-France », en cours de construction dans la métropole lilloise, était précédemment conservatrice au sein du Musée de l’Élysée après avoir commencé sa carrière au J. Paul Getty Museum de Los Angeles.

Cette nouvelle génération de quadras a intégré dans ses missions la gestion et l’enrichissement des collections, mais aussi la recherche de partenariat et de mécènes. Leur expertise en la matière, couplée à leur propre réseau d’artistes, de collectionneurs, de conservateurs ou de commissaires, est un précieux atout pour les institutions qui les recrutent. Il est fort à parier que la carrière de Florian Ebner en Allemagne confortera les collections du Mnam sur la période surréaliste et les avant-gardes tout en les ouvrant à d’autres créateurs modernes ou contemporains. En 2014 déjà, le Mnam avait recruté dans cette perspective la conservatrice polonaise Karolina Lewandowska.

Transversalité
Sous la direction de Sam Stourdzé, les Rencontres d’Arles sont devenues plus que jamais un festival de référence pour les institutions, conservateurs et commissaires qu’ils soient français ou étrangers. Elles sont une tête de pont sans équivalent. À ce titre, les trois expositions successives que Simon Baker y a conçues en 2015, 2016 et 2017 lui ont donné une notoriété en France.

Les expositions de Simon Baker à la Tate Modern reflètent une autre particularité de cette nouvelle génération de responsables photo : le désir de rompre avec les approches traditionnelles du médium. Ainsi avec « Conflict, Time, Photography » en 2015, ou, en mai 2018, « Shape of Light : 100 years of Photography and Abstract », qui mettra en scène le rôle de la photographie dans la peinture abstraite d’Alvin Langdon Coburn, aux derniers travaux de Tony Cairns, Maya Rochat et Daisuke Yokota. La transversalité des disciplines (photo, peinture, cinéma, photojournalisme, vidéo) est de mise, tandis que la scénographie s’est libérée du vintage, de la marie-louise et de l’encadrement.

Diane Dufour, directrice du Bal depuis 2010, un lieu qui a renouvelé l’accrochage des expositions photo en France, évoque à ce sujet « le rôle des idées pour cette génération plus présente dans la mise en œuvre des projets d’exposition, de livre ou de festival ».« Leur relation à la photographie est plus globale, constate-t-elle. Elle touche aussi bien l’art, la littérature que le cinéma. Elle est prise dans une réflexion “intermédium”. Elle n’impose plus comme la génération précédente la photographie comme un médium. L’image est considérée comme un objet dans toutes ses strates, de sa formation à sa diffusion. » La visibilité sans précédent donnée au livre photo, entité à part entière dans leur programmation, témoigne des centres d’intérêt actuels.

« Aujourd’hui on ne peut pas s’enfermer dans le seul champ de la photographie », confirme Florian Ebner, qui dit avoir quitté le Folkwang pour le Centre Pompidou car « le terrain de la photographie contemporaine [y] était assez limité ». À Paris, le nouveau responsable du cabinet de la photographie du Mnam entend bien faire dialoguer plus les époques, les usages. Sa participation à la première édition de la Biennale für aktuelle Fotografie, organisée en 2017 dans trois villes d’Allemagne, illustre à ce titre le besoin de ces conservateurs photo de traiter de sujets que le musée ou l’institution ne permet pas, faute de place ou parce qu’ils sont trop pointus, à l’exemple de ce travail autour des archives de la police allemande sur la bande à Baader réalisé pour cette biennale. « Je fais partie d’une génération qui a été forgée par une certaine critique de la photographie », souligne-t-il. Il fait partie aussi d’une génération très mobile. « Ce phénomène de circulation de conservateurs existe dans le domaine de l’art moderne et contemporain. Il n’y a aucune raison pour que la photographie y échappe », déclarait à cet égard dans nos colonnes Clément Chéroux [lire le JdA no 469, 9 déc. 2016] en réponse aux articles qui évoquaient la fuite des conservateurs français à l’étranger.

Cette nouvelle génération qui se connaît bien sait travailler en équipe. Florian Ebner ne conçoit pas de travailler autrement et déteste le mot « signature » quand on évoque sa première exposition consacrée à Adam Broomberg et Olivier Chanarin (à partir du 21 février à la Galerie de photographies du Centre Pompidou). Au ministère de la Culture, Marion Hislen, la toute nouvelle promue déléguée à la photographie, parle elle aussi en termes de travail d’équipe et en réseau. Il est vrai que l’ancienne fondatrice et présidente du festival Circulation(s) consacré à la jeune photographie européenne, formée sur le tas, a été à bonne école.

Marion Hislen
Marion Hislen
Photo Augustin Rebetez

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°495 du 16 février 2018, avec le titre suivant : Une nouvelle génération À la tÊte des institutions photo

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque