Jeudi 13 décembre 2018

Musée

Réouverture de la Tate St Ives après 18 mois de travaux

Par Ida Simon · lejournaldesarts.fr

Le 5 avril 2017 - 354 mots

SAINT IVES (ROYAUME-UNI) [05.04.17] - Après 18 mois de travaux de rénovation, la Tate St Ives est de nouveau ouverte au public. Sa double exposition inaugurale met en avant le caractère maritime et cosmopolite de cette ville située à l’extrême sud-ouest du Royaume-Uni.

Bâtie en 1993 en aplomb de Porthmeor Beach en Cornouailles, la Tate St Ives fait partie des musées Tate réunissant la Tate Modern, la Tate Britain et la Tate Liverpool. Fin mars 2017, à l’issue de la première phase de travaux qui ne devait à l’origine durer que 6 mois, ses espaces d’exposition ont été doublés. Dans un second temps une salle de 500 m2 a été creusée à l’arrière du bâtiment d’origine, à l’intérieur même de la falaise. Au total, la rénovation et l’expansion du bâtiment se chiffre à 20 millions de livres sterling, soit 23,5 millions d’euros.

La réouverture de la Tate St Ives coïncide avec l’arrivée de sa nouvelle directrice artistique, Anne Barlow, qui succède à Sam Thorne. L’exposition inaugurale du musée est conçue en deux volets : une première exposition dédiée à Jessica Warboys et une seconde aux ateliers de céramiques d’artistes de 1920 à aujourd’hui. Dans la grande galerie incurvée faisant face à l’océan Atlantique est exposée une des plus grandes peintures marines de l’artiste britannique Jessica Warboys. L’œuvre intitulée Sea Painting, Zennor 2015, fait partie d’un projet où la peintre laisse le sable et le rythme des vagues déterminer la composition de la toile. Les tableaux réalisés pour St Ives furent réalisés sur une plage avoisinante.

Dans les espaces récemment rénovés, la seconde exposition retrace 100 ans d’histoire d’atelier de poterie et réunit plus de 80 artistes britanniques et internationaux. Conçue avec Aaron Angell, directeur du Troy Town Art Pottery (Londres), elle aborde le développement des ateliers de céramique dans le monde au début du XXème siècle avant de se concentrer sur les artistes céramistes actifs en Grande-Bretagne dans les années 1970 et 1980 (Gillian Lowdnes, Richard Slee, Anthea Hamilton).

Selon son directeur général, Mark Osterfield, cette exposition mêle l’histoire et le contemporain à l’éthos de St Ives, plaque-tournante artistique internationale dans les années 1950.

Légende photo

La Tate St Ives, St Ives, Cornouailles, Royaume-Uni © Sarah Charlesworth - 2008 - Licence CC BY-SA 2.0

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque