Samedi 24 février 2018

Histoire

Le Musée Dobrée sera revu par Dominique Perrault

Le musée nantais est promis à de vastes travaux de rénovation et d’extension orchestrés par l’architecte de la bibliothèque François-Mitterrand

Par Daphné Bétard · Le Journal des Arts

Le 16 février 2010

NANTES - Construit au XIXe siècle, dans un style néoroman, pour abriter les œuvres rassemblées et léguées au département de Loire-Atlantique par le collectionneur Thomas Dobrée (1810-1895) à sa mort, le Musée Dobrée, à Nantes, doit faire l’objet d’une vaste campagne de rénovation et se doter d’espaces supplémentaires

Le conseil général de Loire-Atlantique vient de désigner à cet effet l’architecte Dominique Perrault. Tout juste nommé commissaire du pavillon français pour la Biennale d’architecture de Venise 2010, Dominique Perrault a séduit le jury avec son projet d’extension souterraine. Creusés sous les jardins, ces nouveaux espaces seront éclairés par la lumière naturelle grâce à une grande verrière imaginée en guise de plafond. Du point de vue du jardin, le verre évoquera un plan d’eau dans lequel se réfléchira l’architecture du musée. Cette poétique et judicieuse proposition a été accueillie avec soulagement par le département dont les premiers plans présentés à l’été dernier – qui prévoyaient une construction moderne au sein des jardins –, avaient suscité une levée de bouclier de la part des riverains.

Les espaces en sous-sol abriteront l’accueil, les ateliers pédagogiques, un auditorium de 200 places et les salles d’expositions temporaires (700 m2). Les 4 200 m2 du palais Dobrée et les 950 m2 du manoir de la Touche (édifice du XVe siècle remanié au XIXe dans lequel a été installé le Musée d’archéologie du département à la mort de Dobrée) seront entièrement rénovés conformément aux normes en vigueur et aux consignes d’accessibilité au public. « Le parcours permanent va être entièrement revu avec, comme axe principal, l’histoire du département au sein du Grand Ouest, de l’Antiquité au XVIe siècle », précise Jacques Santrot, le directeur du musée.

Les collections d’arts décoratifs ou d’Égypte ancienne iront donc rejoindre les réserves, une absence compensée par un nombre accru d’expositions temporaires : une grande manifestation annuelle sous la verrière, et d’autres (cinq à six), plus modestes, dans le manoir de la Touche. Plus ouverts sur la ville, les 8 000 m2 de jardins seront réorganisés avec un jardin médiéval, un verger et l’évocation d’une lande. Quant à l’extension déjà construite en 1974 dans un des angles du domaine, rue Voltaire, elle sera détruite en partie, puis reconstruite et habillée d’une pierre similaire à celle des bâtiments historiques. L’édifice doit être dévolu aux activités de conservation et de recherche avec l’installation des réserves, d’une muséothèque et du centre de documentation.

Après une année de fermeture consacrée à traiter les collections, les travaux pourront démarrer en 2012 pour une livraison en 2015. Le département devra avoir résolu auparavant le montage financier de cette opération estimée à 35 millions d’euros. Le conseil général espère la participation de la région, de la ville de Nantes (ou Nantes Métropole) sans oublier l’État. Lors de sa visite nantaise, fin janvier, le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, est ainsi reparti avec le dossier Dobrée sous le bras…

MUSÉE DOBRÉE

Architecte : Dominique Perrault
Coût prévisionnel des travaux : 35 millions d’euros
Réalisation des travaux : 2012-2015

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°319 du 19 février 2010, avec le titre suivant : Le Musée Dobrée sera revu par Dominique Perrault

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque