Mercredi 11 décembre 2019

Musée

Le Musée de Baltimore arbitre dans sa collection

Par Alexia Lanta Maestrati · lejournaldesarts.fr

Le 19 avril 2018 - 320 mots

BALTIMORE / ETATS-UNIS

Le musée va vendre sept oeuvres d’artistes blancs américains dont Andy Warhol pour développer sa collection issue des minorités. 

Le Baltimore Museum of Art (BMA)
Le Baltimore Museum of Art (BMA)
Photo Iracaz, 2008

Le conseil d’administration du Baltimore Museum of Art (BMA) a approuvé vendredi 13 avril la vente de sept oeuvres d’artistes de renom de sa collection. Toutes sont des oeuvres d’hommes blancs américains : Andy Warhol, Robert Rauschenberg, Franz Kline, Kenneth Noland et Jules Olitski. Les fonds levés serviront exclusivement à l’acquisition de nouvelles pièces créées après 1943 et dont la plupart sont réalisées par des artistes afro-américains. 

Les oeuvres seront dispersées le 16 et le 17 mai par Sotheby’s New York lors de sa vacation d’art contemporain. Les lots phares sont Green Cross (1956) de Franz Kline estimée entre 6 et 8 millions de dollars (4,8-6,4M€) et Oxidation Painting (1978) d’Andy Warhol, dont certaines parties ont été oxydées par de l’urine, estimée entre 2 et 3 millions de dollars (1,6-2,4M€) comme le relate The Baltimore Sun. Deux des oeuvres, Hearts (1979) d’Andy Warhol et Bank Job (1979) de Robert Rauschenberg, seront vendues par Sotheby’s en gré à gré. 

Le conseil d’administration du musée a pour l’instant approuvé l’acquisition de neuf oeuvres, parmi les artistes qui entreront dans la collection du musée de Baltimore ; Mark Bradford, Zanele Muholi, Trevor Paglen, John T.Scott, Sara VanDerBeek et Jack Whitten.

Fondé en 1914, le musée d’une surface de 19 500 m2 dispose d’une collection de 95 000 oeuvres composée de peintures, d’estampes, de dessins et de photographies. Le directeur du musée, Christopher Bedford souligne que l’institution est détentrice d’autres oeuvres de chacun des artistes dont des œuvres sont vendues, dont 90 d’Andy Warhol. 

Interdite en France, la cession d’œuvres des collections est tolérée aux Etats-Unis lorsque le produit de la vente est utilisé pour de nouvelles acquisitions

Le geste à la fois symbolique et politique fait écho à d’autres initiatives tels que le déboulonnement de statues polémiques, jugées racistes, à San Francisco et à New York

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque