Vendredi 27 novembre 2020

Musée - Société

Des scientifiques exigent des musées américains qu’ils rompent leurs liens avec l’industrie du pétrole

Par Julie Paulais · lejournaldesarts.fr

Le 26 mars 2015 - 611 mots

ETATS-UNIS

ETATS-UNIS [26.03.15] – Dans une lettre ouverte postée mardi 24 mars, 41 scientifiques appellent les musées d’histoire naturelle et de sciences à réagir et ne plus accepter le mécénat d’industries impliquées dans le réchauffement climatique.

The Natural History Museum (NHM), musée mobile fondé par le collectif artistique Not an Alternative et organisant des expositions dans des établissements existant, a lancé l’initiative de cette lettre. Elle dénonce l’hypocrisie des musées de sciences naturelles, qui font de la prévention auprès du public sur les changements climatiques, et acceptent de l’argent de magnats du pétrole. Cette lettre, signée par 41 scientifiques, dont plusieurs prix Nobel et anciens directeurs de musées d’histoire naturelle, vise particulièrement David Koch, patron d’un des plus gros conglomérats exploitant les énergies fossiles.

David Koch est membre du conseil d’administration du Smithsonian Institution’s National Museum of Natural History et de l’American Museum of Natural History (AMNH) de New York. Le milliardaire a financé la galerie des dinosaures du Smithsonian, le David Koch Hall of Human Origins à hauteur de 15 millions de dollars, ainsi que la nouvelle extension du musée encore en travaux, pour laquelle il a donné 35 millions de dollars. Koch a donné également 20 millions de dollars au musée de New York pour sa nouvelle aile des dinosaures.

La lettre du Natural History Museum intervient un mois après la polémique autour du financement de la recherche d’un scientifique affilié au Smithsonian, Willie Soon, par des groupes pétroliers dont Koch Industries. Les résultats annoncés nient les implications des activités humaines dans le changement climatique. Ainsi, la lettre du NHM dénonce l’implication de David Koch dans le financement d’organisations réfutant l’existence d’un changement climatique à cause des activités humaines. Selon Beka Economopoulos, fondatrice du Natural History Museum, l’argent des compagnies exploitant les énergies fossiles n’a rien à faire avec les musées de science et d’histoire naturelle. « Ils blanchissent leur image pendant qu’ils financent les efforts menés pour entraver l’action sur le changement climatique » confie-t-elle au Guardian. Dans la lettre postée mardi, on peut lire ceci : « Nous craignons que l'intégrité de ces institutions soit compromise par leur association avec des intérêts particuliers qui obscurcissent la science du climat, combattent la réglementation environnementale, s’opposent à la législation de l'énergie propre, et qui cherchent à alléger les limites sur la pollution industrielle ».

En septembre 2014, une action avait été menée par le groupe Occupy Museums au Metropolitan Museum of Art de New York, pour protester contre la David H. Koch Plaza. Le milliardaire avait donné 65 millions de dollars au MET pour rénover et redessiner la place. Koch et le Smithsonian Institution’s National Museum of Natural History avait également été attaqués en 2010 à cause des théories développées dans le David H. Koch Hall of Human Origins, qui avançaient que le changement climatique était dû à un phénomène naturel et que l’homme allait s’y adapter.

Koch n’a pas répondu directement à cette lettre ou donné son opinion concernant le changement climatique, mais son directeur des relations extérieures a seulement rappelé au Washington Post l’engagement important de David H. Koch Charitable Foundation, en faveur de la recherche médicale, de l’éducation, d’institutions culturelles, etc. Un porte-parole de l’American Museum of Natural History a affirmé que les donateurs n’avaient aucune influence sur la présentation et le contenu scientifique du musée. Le Smithsonian a tenu les mêmes propos.

Une pétition a été lancée également par The National History Museum pour demander l’évincement de David Koch des conseils d’administration de ces deux musées, qui a déjà rassemblé plus de 25 500 signatures. Le NHM projette de présenter la lettre et la pétition aux musées de New York et Washington d’ici le mois d’avril.

Légende photo

David H.Koch au milieu entouré de Fred Thompson à sa droite et de Julia Koch © Photo freddthompson - 2007 - Licence CC BY-SA 2.0

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque