Politique

Le Musée d’histoire naturelle de New York ne veut pas du président brésilien dans ses murs

Par Antonin Gratien · lejournaldesarts.fr

Le 18 avril 2019 - 406 mots

NEW YORK / ETATS-UNIS

L’institution refuse d’accueillir un gala en l’honneur de Jair Bolsonaro en raison de sa politique environnementale.

Jair Bolsonaro lors de son investiture à la présidence de la République du Brésil, le 1er janvier 2019.
Jair Bolsonaro lors de son investiture à la présidence de la République du Brésil, le 1er janvier 2019.

Le Musée d’histoire naturelle de New York (AMNH) ne veut pas recevoir Jair Bolsonaro le 14 mai prochain. Il a déclaré il y a quelques jours qu’il n’était pas un « lieu approprié » pour la remise du prix de « personnalité de l’année » décerné à Bolsonaro par la Chambre de commerce brésilo-américaine. Cette décision fait suite à plusieurs critiques dénonçant une contradiction entre les valeurs écologistes du AMNH et la politique environnementale du nouveau dirigeant brésilien.

Depuis deux ans, le Musée d’histoire naturelle de New York louait la salle du Hall of Ocean Life à la Chambre de commerce brésilo-américaine pour une soirée honorifique de 1 000 participants. À cette occasion, l’organisation décernait le titre de « personnalité de l’année » à un brésilien et un américain pour célébrer les échanges entre les deux pays. 

L’idée que Bolsonaro soit célébré dans les murs du AMNH a suscité colère et incompréhension. Après cette annonce, des employés du musée et le maire de New York ont critiqué publiquement la politique environnementale du président brésilien. Est notamment pointé du doigt son projet d’ouverture de larges zones de la forêt amazonienne à l’exploitation minière et l’agrobusiness. 

Une entreprise impliquant déforestation et pollution inconciliable, pour certains, avec la vocation du AMNH à promouvoir le patrimoine naturel. « Je démissionnerai de mon poste de chercheuse affiliée et j’organiserai un boycott de votre institution par tous mes collègues. Vous devriez avoir honte », a assené Paige West en s’adressant au musée, à l’instar d’autres collaborateurs scientifiques, dans le cas où la remise du prix aurait bien lieu.

Dans une interview radio pour la WNYC vendredi dernier, Bill de Blasio, le maire de New York et l’un des financeurs du AMNH, a qualifié le président brésilien « d’homme dangereux […] parce qu’il est la personne la plus habilitée à contrôler ce qui se passe en Amazonie », puis vivement « encouragé le musée à ne pas autoriser son accueil ».

Face à la polémique, l’établissement s’était défendu dans un tweet du 12 avril : « la réservation de cet évènement privé qui devait honorer l’actuel président du Brésil avait été faite avant que l’identité du lauréat soit assurée ». Trois jours plus tard, l’établissement annonçait l’annulation de la réception. La remise du prix est maintenue à la date du 14 mai, mais dans un lieu encore inconnu.
 

Thématiques

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque