Vendredi 28 février 2020

Peinture ancienne

Peintures anciennes : des ventes en demi-teinte

Les premières grandes ventes de Christie’s et Sotheby’s New York manquent de tonus

Le Journal des Arts

Le 1 février 2012 - 592 mots

NEW YORK - Les grandes ventes de peinture ancienne organisées par Christie’s et Sotheby’s à New York les 25 et 26 janvier ont totalisé 96 millions de dollars (73 millions d’euros, frais compris), très en dessous de l’estimation basse à 110 millions (qui plus est, hors frais). Si plus d’une vingtaine d’œuvres ont dépassé le million de dollars, de nombreuses œuvres phares n’ont pas trouvé preneur.

Christie’s ouvrait le bal des enchères de peinture ancienne par Art of France, une première vente dédiée aux maîtres français des XVIIe et XVIIIe siècles. Si pas moins de cinq œuvres de Jean-Honoré Fragonard se trouvaient au catalogue, seul son diptyque allégorique  Le Jour et La Nuit a trouvé preneur à 3,6 millions de dollars avec les frais, la seule adjudication millionnaire de la vente. Art of France a totalisé 10 millions de dollars, grâce aux 25 lots vendus (sur les 44 proposés aux enchères).

Le deuxième volet des Old Masters de Christie’s rassemblait 60 lots pour une estimation totale de 38 à 57 millions de dollars (hors frais). Si le bilan de la vente se situait en dessous de l’estimation basse – puisqu’il n’a pas dépassé les 34,4 millions de dollars (frais compris) – dix œuvres ont franchi le million de dollars. L’arrivée d’Henry III à la Villa Contarini étude préparatoire de Giambattista Tiepolo pour la fresque qui orne actuellement les murs du Musée Jacquemart-André à Paris, a été adjugée à 5,9 millions de dollars. L’unique tableau ancien que possédait Elizabeth Taylor, un Portrait d’homme réalisé par le hollandais Frans Hals dans les années 1630, a doublé son estimation haute en atteignant plus de 2 millions de dollars. Au nombre des ravalés (42 lots sur les 60 présentés aux enchères), signalons la très attendue Vierge à l’Enfant de Hans Memling, estimée de 6 à 8 millions de dollars, ainsi que le Portrait anthropomorphique réversible d’un homme composé de fruits (estimé de 3 à 5 millions de dollars) de Giuseppe Arcimboldo, un artiste pourtant extrêmement rare sur le marché.

Coypel sauve la mise
Le lendemain c’était au tour de Sotheby’s d’organiser sa vacation. Sur les 86 lots mis aux enchères (pour une estimation totale de 60 millions de dollars), onze d’entre eux ont dépassé la barre du million de dollars. Le produit total (frais compris) de la vente a ainsi atteint 52,6 millions de dollars. La Lucrèce de Lucas Cranach l’Ancien, figure féminine souvent représentée par le peintre, s’est vendue à plus de 5 millions de dollars, pour une estimation de 4 à 6 millions. La peinture vénitienne a elle aussi tenu toutes ses promesses puisque le tableau de Francesco Guardi, une scène intérieure de bal masqué moins fréquente que ses habituelles vues de Venise, est parti à 2 millions de dollars. Quant à la représentation des églises du Rédempteur et de saint Jacques, une grande toile de Canaletto provenant de la collection de Lady Forte, son adjudication finale se porte à 5,6 millions de dollars. Cependant au chapitre des invendus (39 lots sur 86) figurent deux œuvres de Sir Anthony Van Dyck, dont les estimations allaient de 1 à 3,5 millions de dollars. Sans doute découragés par des prix trop élevés, les acheteurs ont reporté leur enthousiasme sur la toute dernière peinture de la vente : Roland et le mariage d’Angélique, de Charles-Antoine Coypel, une huile sur toile de près de deux mètres de long, parfaitement conservée et d’une grande théâtralité. Après une âpre bataille d’enchères en salle et au téléphone, l’œuvre modestement estimée de 700 000 à 900 000 dollars s’est envolée jusqu’à 3,5 millions.

Légende photo

Lucas Cranach l'Ancien, Lucrèce, huile sur bois, 60,3 x 48,9 cm, estimation : 4 000 000 - 6 000 000 dollars, vendue 5 122 500 dollars le 26 janvier, Sotheby's, New York. © Sotheby's/ArtDigital images.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°362 du 3 février 2012, avec le titre suivant : Peintures anciennes : des ventes en demi-teinte

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque