Foire

Les actionnaires de l’organisateur d’Art Basel valident l’entrée de James Murdoch

Par Ingrid Dubach-Lemainque, correspondante à Neuchâtel (Suisse) · lejournaldesarts.fr

Le 2 décembre 2020 - 527 mots

BÂLE / SUISSE

Le fils du magnat des médias devient l’actionnaire de référence de MCH Group, en grandes difficultés financières avec la crise.

James Murdoch. © Bryan Bedder / Getty Images via AFP
James Murdoch.
© Bryan Bedder / Getty Images via AFP

Le 27 novembre dernier, l’Assemblée générale extraordinaire de MCH Group SA a mis fin au suspense de cette fin d’été concernant le devenir du groupe organisateur des foires de Bâle. Après quelques atermoiements de nature juridique, le milliardaire anglo-américain James Murdoch, fondateur et CEO de Lupa Systems, entre finalement dans le capital du groupe à hauteur de 49 % et siégera au conseil d’administration avec deux membres de son entreprise. 

Une large majorité d’actionnaires a approuvé à 96% ce qui ressemble à une opération sauvetage du groupe qui subit une grave crise cette année 2020. Les 104,5 millions de Francs suisses (95 millions d’€) qui seront injectés par James Murdoch (à hauteur de 74,5 millions de CHF soit 69 millions d’€) et par le Canton de Bâle-Ville (qui convertit un prêt de 30 millions de CHF soit 27,8 millions d’€ en fonds propres) ont pour but d’augmenter le capital du groupe en deux étapes. 

Une chute de 55 % de son CA au premier semestre 2020

Déjà affaibli en 2019, MCH a subi de lourds revers financiers en raison de la crise du Covid : le chiffre d’affaires du groupe pour le premier semestre 2020 a diminué de 55% par rapport à 2019 et s’élève à 121,6 Millions de CHF (110 Millions d’€). L’activité « live marketing » (services offerts dans le domaine du marketing expérientiel ou d’événements) s’en sort mieux avec une baisse de seulement -31 %. 

En revanche, l’activité des foires, durement éprouvée par la pandémie, s’écroule : -73 %.  Cela concerne autant l’accueil de manifestations au sein de ses propres halls d’exposition situés à Bâle et à Zurich (CA 8,8 Millions de CHF soit 8 Millions d’€) que l’organisation en régie propre d’une trentaine de foires dont Art Basel qui n’aura rapporté que 40,9 millions de CHF (37 Millions d’€) - seules 2 des 11 foires organisées par MCH ayant pu avoir lieu au premier semestre 2020. 

La société bâloise prévoit pour toute l’année 2020 une baisse de près de la moitié de son chiffre d'affaires. Considérée comme le fleuron du groupe, Art Basel reportée en septembre puis annulée pour raisons sanitaires - comme son pendant de Miami Beach en décembre, n’aura pas pu participer à remonter le chiffre d’affaires du second semestre 2020. Une amélioration significative ne peut être attendue qu'à partir du deuxième trimestre 2021, quand reprendra l’organisation de grands événements publics. 

Risque d’une gouvernance moins bâloise

Dans le même temps, MCH procède à la vente de certains de ses halls de foires et de son parc immobilier bâlois, ce qui fait craindre à Bâle un désengagement progressif de MCH au profit d’un management plus global opéré hors de Suisse par James Murdoch, devenu l’actionnaire principal du groupe. 

Pour le journaliste du Basler Zeitung, Kurt Tschan, 104 ans après la création de la « Foire suisse d’échantillons », à Bâle en 1916, c’est la fin d’un chapitre : « le Groupe MCH devient une société où les décisions se prennent à Mumbai et New York. Et Bâle devient de plus en plus provinciale ».
 

Thématiques

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque