Mercredi 27 janvier 2021

Ventes publiques

Baisse de 32 % du CA des cinq premières maisons de ventes en France en 2020

Par Marie Potard · lejournaldesarts.fr

Le 23 décembre 2020 - 656 mots

Christie’s reprend la première place. Le chiffre d’affaires de Drouot et Sotheby’s chute respectivement de 45 et 50 %.

La vente One organisée par Christie's le 10 juillet 2020 dans quatre villes différentes (ici, New York). © Christie's Images Limited.
La vente « One » organisée par Christie's le 10 juillet 2020 dans quatre villes différentes (ici, New York). ©
© Christie's Images Limited.

Difficile de comparer les résultats fastes de l’an passé avec ceux de cette année marquée par une crise sanitaire sans précédent qui a paralysé l’activité des maisons de ventes. Le produit d’adjudications cumulées des cinq plus grandes maisons s’élève ainsi à 635 millions d’euros (frais de vente compris) pour 2020 contre 927,7 millions en 2019. Soit une baisse de 31,6 %. Les cinq maisons de ventes en tête du classement ont pu limiter la casse, grâce aux ventes numériques et aux ventes de gré à gré.

Christie’s France reprend la première place du classement avec 221,3 millions d’euros engrangés (chiffre comprenant les frais de vente [*] et les after sales), contre 256,7 millions l’an passé, soit une baisse de 13,8 %. Un simple fléchissement à l’aune des autres opérateurs, sans oublier que l’année dernière, une toile de Nicolas de Staël à 20 millions d’euros avait gonflé les chiffres. 

Pour atteindre ce résultat, Christie’s a multiplié ses ventes, passant de 37 en 2019 à 44 en 2020, dont 14 en ligne (contre aucune l’an passé) ; boosté ses ventes privées - qui représentent désormais 10 % des ventes du groupe - rencontré de nouveaux acheteurs (25 % contre 22 % l’an dernier) et adjugé 26 œuvres millionnaires (contre 20 en 2019). La dispersion de la collection Haim a également fait des étincelles avec 20,6 millions d’euros adjugés.

Sotheby’s chute de 50 % et Artcurial de 26 %

Sotheby’s redescend à la 2e marche, qu’elle n’avait plus occupée depuis 2018. Avec un total de 173 millions d’euros frais compris (mais hors TVA), contre 354,4 millions l’an passé, l’opérateur anglo-saxon (appartenant à Patrick Drahi) enregistre la plus forte baisse du Top 5, soit une chute de plus de 50 % de son chiffre d’affaires. Il faut dire qu’en plus d’avoir dû stopper son activité suite au contexte sanitaire, l’antenne parisienne a souffert de l’absence de collections prestigieuses à l’instar de celles dispersées l’an passé, comme la collection Lalanne (91,3 M€) ou les collections Ribes (23 M€). Suivant la tendance générale, les ventes online-only ont connu une forte croissance, avec un nombre de ventes qui a doublé, totalisant un chiffre d’affaires de 30 millions d’euros (contre 5,3 en 2019).

Artcurial conserve la 3e place du podium avec un produit d’adjudication de 149,2 millions d’euros frais compris (sans les ventes de gré à gré et les after sales), en recul de 26,5 %. « En 2020, la maison est parvenue à maintenir la quasi-totalité de son calendrier des ventes », a commenté Stéphane Aubert, directeur associé. La maison du Rond-Point des Champs-Elysées a adjugé 12 enchères millionnaires (contre 11 en 2019), parmi lesquelles un stabile de Calder vendu près de 5 millions d’euros. 

Aguttes tient son rang

Aguttes arrive en 4e place, comme l’an passé, mais loin derrière avec un total de 47 millions d’euros (frais inclus, dont after sale et vente privée), contre 66 millions en 2019 (- 28,8 %). Une partie des vacations initialement prévues en vente présentielle ont été converties en vente exclusivement en ligne, soit « + 340 % de produit vendu par rapport à 2019 », a précisé l’opérateur.

Sur la 5e marche du podium, se tient Millon, avec un produit global vendu s’élevant à 44,5 millions d’euros. L’opérateur affiche la plus petite baisse (- 6,3 %) grâce à l’organisation de 285 ventes au total sur l’année, dont 15 % de ventes en présentiel, 55 % en huis-clos live et 30 % online only.

Drouot :  - 45 %

Contraint de fermer ses salles pendant les deux confinements, Drouot n’a accueilli que 473 ventes en 2020 contre plus de 800 en temps normal totalisant 205 millions d’euros, contre 372 millions en 2019 (- 45 %). C’est pourtant au sein de l’hôtel des ventes parisien que la plus forte enchère de l’année en France a été enregistrée : deux albums Yongle vendus 8,1 millions d’euros chez Beaussant Lefèvre le 7 juillet.

ERRATUM - 4 janvier 2021

(*) Le chiffre fourni comprend les frais de vente mais non les ventes privées comme nous l'avions précédemment écrit.

Thématiques

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque