Samedi 7 décembre 2019

VENTES PUBLIQUES

Les Lalanne mettent le feu aux enchères

Par Marie Potard · Le Journal des Arts

Le 30 octobre 2019 - 474 mots

La vente de la collection de François-Xavier et Claude Lalanne a atteint 91,3 millions d’euros chez Sotheby’s, soit la deuxième plus importante vente de collection en France après celle d’Yves Saint Laurent et Pierre Bergé.
Paris. Sotheby’s Paris dispersait les 23 et 24 octobre derniers la collection personnelle du couple de sculpteurs François-Xavier (1927-2008) et Claude (1925-2019) Lalanne, une collection peuplée d’un joyeux bestiaire animal et végétal qu’ils avaient réuni dans leur maison- atelier d’Ury, près de Fontainebleau. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la vente a fait exploser les compteurs, avec un produit total d’adjudication de 91,3 millions d’euros, soit presque quatre fois son estimation haute. Quelque 24 enchères ont dépassé le million d’euros et tous les lots ont trouvé preneur. Ce montant en fait la plus importante collection vendue en France depuis celle d’Yves Saint Laurent et Pierre Bergé en 2009 chez Christie’s. « Ce nouveau seuil marque la reconnaissance internationale pour l’œuvre de ces artistes français, expliquait Florent Jeanniard, directeur Europe du département design chez Sotheby’s. Une réelle consécration. Les collectionneurs du monde entier ont participé à l’événement. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 4 100 enchérisseurs de 43 nationalités. »

Plus haute enchère de ces deux journées de vente, Le Rhinocrétaire (1991, voir ill.), une pièce unique de François-Xavier Lalanne, a été adjugé 5,4 millions d’euros, soit plus de cinq fois son estimation haute. La vente de cette œuvre reste toutefois en dessous du record mondial de l’artiste, obtenu en 2011 avec un troupeau de dix Moutons de pierre emporté à 5,7 millions d’euros chez Christie’s New York. Meilleure enchère pour Claude Lalanne : son Choupatte (très grand) (2008) a obtenu 2,1 millions d’euros, pulvérisant son estimation la plus haute (200 000 euros). Cette fois, il s’agit d’un record mondial pour la sculptrice.

D’autres pièces ont aussi largement depassé leurs estimations de départ, à l’instar de deux Guépards de 2002 et 2007 (estimés chacun de 100 000 à 150 000 euros) et Singe SI et Singe SII (1992-1995, œuvre estimée de 140 000 à 180 000 euros) de François-Xavier Lalanne, vendus chacun 1,5 million d’euros. Mêmes envolées pour Claude Lalanne avec sa table Lotus et Singe (estimé de 100 000 à 150 000 euros), emportée à 1,1 million d’euros, et une paire de candélabres (estimée de 150 000 à 200 000 euros) et adjugée 1 million d’euros.

Le pedigrée compte pour beaucoup dans cette envolée des prix, du jamais-vu pour certaines œuvres. « On ne pouvait rêver plus belle provenance : une vente réunissant des pièces issues d’une maison d’artistes, d’autant plus lorsqu’elles sont l’œuvre d’un couple à la reconnaissance interna­tionale », expliquait Florent Jeanniard. La cote des Lalanne va-t-elle être bouleversée à jamais ? « La vente de cette collection est un phénomène unique. L’avenir nous le dira », avançait prudemment le représentant de Sotheby’s.

Hormis les estimations, tous les prix sont indiqués frais acheteurs inclus

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°532 du 1 novembre 2019, avec le titre suivant : Les Lalanne mettent le feu aux enchères

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque