Mercredi 17 octobre 2018

Urbanisme

Aménagement urbain

Le Grand Paris Express sans Jérôme Sans

Par Christine Coste · Le Journal des Arts

Le 12 avril 2017 - 469 mots

PARIS

Du duo constitué de Jérôme Sans et José Manuel Gonçalvès pour piloter le projet culturel associé à la construction des 68 gares du Grand Paris, il ne reste plus que le second.

144546

PARIS - En Juin 2015, José Manuel Gonçalvès et Jérôme Sans étaient désignés pour assurer la direction artistique du Grand Paris Express (GPE)  et de ses 68 gares à construire d’ici 2030. Dans les colonnes du Journal des Arts en juin 2016, le directeur du Centquatre et l’ancien cofondateur et codirecteur du Palais de Tokyo relevaient « l’évidence » de leur tandem pour reprendre le terme de Jérôme Sans. « L’ampleur de ce projet inédit, l’un des plus grands projets d’aménagement urbain depuis les travaux menés par le baron Haussmann, mérite que l’on soit au moins deux directeurs artistiques pour le porter », déclarait-il. « Nous avons une complémentarité d’approche, historique, territoriale », soulignait de son côté José Manuel Gonçalves. Un an plus tard, il n’y a plus de duo et José Manuel Gonçalvès se retrouve seul à la tête de la direction artistique du Grand Paris Express.

Un départ « volontaire pour d’autres aventures »
Lors de la conférence de presse de présentation de la programmation artistique et culturelle du GPE pour 2017-2018, l’absence de Jérôme Sans, y compris dans les discours de Philippe Yvin, président de la Société du Grand Paris, et de José Manuel Gonçalvès, actait en creux son départ. Un peu gêné, le Grand Paris Express évoque « un départ volontaire et non pour des divergences de point de vue avec José Manuel Gonçalves, comme certains peuvent l’évoquer. Jérôme Sans est parti pour d’autres aventures. La porte lui reste grande ouverte. » Si ce dernier n’a pas fait suite à notre demande d’entretien, on peut identifier d’ores et déjà une de ses nouvelles « aventures » après l’annonce du groupe immobilier Emerige, en février dernier,  de sa nomination à la direction de la programmation pluridisciplinaire du futur pôle artistique et culturel de la pointe ouest de l’Île Seguin, que son directeur entend ouvrir en 2021.

La programmation artistique et culturelle 2017-2018 que signe José-Manuel Gonçalves a cependant été élaborée avec le soutien de l’agence Eva Albarran & Co et de la société de conseil Manifesto d’Hervé Digne et de Laure Confavreux Colliex. Elle vise notamment à installer des œuvres d’art dans les gares et dans les espaces aménagés autour d’elles. Parmi les premiers tandems constitués d’un architecte et d’un artiste pour chaque gare, on relève Laurent Grasso et l’agence Périphérique pour la gare Châtillon-Montrouge ; Ivan Navarro et Dominique Perrault pour celle de Villejuif Institut Gustave-Roussy ; tandis que commande a été passée à Céleste Boursier-Mougenot et à Ramy Fischler pour la création d’une œuvre dite nomade. José Manuel Gonçalvès a par ailleurs demandé à Alexia Favre, conservatrice en chef du Mac Val, et à Laurent Le Bon, directeur du Musée Picasso, de l’aider à accompagner certains de ces tandems.

Légende photo

José Manuel Gonçalvès et Jérôme Sans à la direction artistique du Grand Paris Express, avant le départ de ce dernier. © Société du Grand Paris.

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°477 du 14 avril 2017, avec le titre suivant : Le Grand Paris Express sans Jérôme Sans

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque