Art contemporain

Et pourquoi pas « un été au Havre » ?

Par Jean-Christophe Castelain · Le Journal des Arts

Le 13 juillet 2021 - 263 mots

LE HAVRE

Le regard sur la cité normande change progressivement et la manifestation estivale orchestrée depuis cinq ans par Jean Blaise n’y est pas pour rien.

Chiki, Fata Morgana, Un été au Havre 2021. © Arnaud Tinel
Chiki, Fata Morgana, « Un été au Havre » 2021.
© Arnaud Tinel

Car Le Havre n’est pas uniquement un port de commerce et une ville reconstruite par Auguste Perret, c’est aussi une plage très fréquentée et surplombée de villas bourgeoises.

Cette année, le Covid ayant ralenti la commande et la réalisation des œuvres, les nouvelles sculptures en plein air qui constituent le cœur d’« Un été au Havre » sont en nombre limité. Cela ne gâche en rien la fête, car elles viennent s’ajouter à un ensemble d’œuvres déjà bien fourni, regroupées dans des parcours qui sont l’occasion de découvrir différents sites patrimoniaux. Elles s’inscrivent dans une thématique que Jean Blaise énonce ainsi : « mirages, apparitions, illusions ». Illusion cette statue antique de Vénus dont le dos et les fesses sont entièrement tatoués ? (Fabio Viale, Venere Italica, exposée parmi huit sculptures dans le jardin du casino). Et ces 200 goélands (des oiseaux aimés et détestés à la fois par les Havrais), que Patrick J. Murphy a installés sur les rebords de l’hôtel de ville, sont-ils vrais ou faux ? Mirage encore cette Fata Morgana, silhouette d’un palmier qui apparaît sur la digue sud du port, œuvre de l’artiste Chiki ? Illusion aussi ce trompe-l’œil de Pierre Delavie qui habille la façade du palais de justice.

Plusieurs de ces œuvres sont éphémères, comme l’exposition sur l’Australie ou Théo Mercier au centre d’art Le Portique. Intitulée « Nécrocéan », cette dernière, spécialement conçue pour Le Havre, raconte une histoire de voyage en mer à l’aide d’œuvres recyclées, issues des poubelles de Mexico.

Un été au Havre 2021,
jusqu’au 19 septembre, 9 sculptures en plein air dans la ville plus 5 expositions dans divers lieux, accueil Maison de l’été, 125, rue Victor-Hugo, 76600 Le Havre, www.uneteauhavre.fr

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°571 du 9 juillet 2021, avec le titre suivant : Et pourquoi pas « un été au Havre » ?

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque