Samedi 16 février 2019

Centre d'art

Trois nouveaux bénéficiaires du label « Centre d’art contemporain d’intérêt national »

Par Sindbad Hammache · lejournaldesarts.fr

Le 25 janvier 2019 - 632 mots

FRANCE

Brétigny, Vassivière et la Maison des Arts Georges & Claude Pompidou rejoignent les 7 précédents centres d’art jouissant du nouveau label.

Maison des arts Georges et Claude Pompidou MAGCP
Le Centre d'art contemporain, Cajarc, côté jardin
© MAGCP

Parmi les nouveaux labels créés par le décret du 28 mars 2017 figure le label « Centre d’art contemporain d’intérêt national » (CACIN). Attribué la première fois à La Passerelle à Brest en novembre 2017, il compte aujourd’hui 10 centres d’art. Ceci grâce à un coup d’accélérateur donné en ce début d’année 2019, où cinq centres ont reçu l’agrément du ministère de la culture dont 3 cette semaine. 

Les cinq nouveaux entrants en ce début d’année 2019 sont l’Espace Gantner dans le territoire de Belfort, le 19 à Montbéliard, la Maison des Arts Georges et Claude Pompidou (MAGCP) dans le Lot, le Centre international d’art et du paysage de Vassivière dans le Limousin, et le CAC de Brétigny-sur-Orge, premier établissement francilien labellisé. Ils rejoignent les cinq centres d’art conventionnés depuis 2017, parmi lesquels on trouve des centres bien connu (la Criée à Rennes, la Villa Noailles à Hyères) comme des lieux plus discrets (la Villa Pérochon à Niort).

Prévues par la loi « Création et Patrimoine » de 2016, les missions des CACIN ainsi que la procédure de candidature ont été fixés par l’arrêté du 5 mai 2017. La circulaire ministérielle du 15 janvier 2018 précise que les moyens alloués doivent permettre à une structure de « garantir la réalisation de son projet artistique et culturel, d’affirmer son inscription sur le territoire et de lui offrir la stabilité nécessaire », fixant un plancher annuel de 60 000 euros pour la participation de l’Etat. 

Le cahier des missions assignées aux bénéficiaires du label comprend notamment le soutien à « la création, production et diffusion des arts visuels contemporains » et la prise en compte de la diversité et de la parité à tous les niveaux (œuvres, artistes, publics). L’« équité territoriale » demandées aux CACIN se concrétise par le développement d’un programme « hors les murs », afin de « porter le projet artistique et culturel au plus près des populations ». Les collectivités territoriales doivent être associées « à toutes les étapes de la procédure de labellisation », et leur soutien financier à un centre candidat est une condition indispensable à l’attribution du label.

Les cinq structures choisies par le ministère de la Culture ont su répondre à ces exigences avec des profils divers. L’espace Gantner, dans le Territoire de Belfort, est reconnu nationalement pour une programmation axée sur les arts visuels numériques. Non loin de là, le 19 à Montbéliard concentre ses efforts sur une mission de sensibilisation des publics à l’art contemporain, et notamment les plus jeunes. Dans la grande couronne parisienne, le CAC de Brétigny se décrit comme un lieu « poreux à son environnement », ouvert sur les pratiques amateurs, et en résonance avec « la multiculturalité ».

La Maison des Arts Georges et Claude Pompidou est installée dans le village de Carjac (Lot), et veut s’inscrire dans ce territoire à la fois rural et touristique en axant sa programmation sur le thème de l’environnement. Enfin, le Centre international d’art et du paysage de Vassivière est plus singulier. Sur une île au milieu d’un lac, c’est un espace de création en plein air abritant sculptures et installations de land art. Il accueille également des résidences d’artistes.

Les missions confiées aux CACIN ne sont pas sans rappeler les objectifs de l’Association française de développement des centres d’art contemporain -DcA-. Fédérant cinquante structures partout en France, DcA poursuit plusieurs objectifs : démocratiser l’accès à l’art contemporain, renforcer la coopération entre les membres du réseau, construire un réseau européen d’art contemporain, professionnaliser le secteur des arts plastiques, et favoriser le rayonnement des centres au niveau national et international. Neuf des dix centres choisis par le ministère sont membres du réseau DcA.

Thématiques

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque