Mercredi 12 décembre 2018

Politique

Les tulipes de Koons trouvent enfin un point de chute

Par Jérémie Glaize · lejournaldesarts.fr

Le 12 octobre 2018 - 409 mots

PARIS

Après des mois d’atermoiements, la mairie et l’artiste se sont entendus pour installer l’œuvre dans les jardins du Petit Palais.

Christophe Girard 2011
Christophe Girard, adjoint à la mairie de Paris chargé de la Culture

« Le lieu, c’est le Musée des beaux-arts de la ville de Paris, le Petit Palais ». Christophe Girard, adjoint à la mairie de Paris chargé de la culture, a annoncé ce matin très tôt sur les ondes de France Inter, l ’emplacement où la sculpture de Jeff Koons sera finalement installée.  « Il y a, autour du Petit Palais, des jardins municipaux dans lesquels il y a un emplacement possible » a-t-il précisé.

Cette annonce met fin à une polémique qui agitait et passionnait, depuis deux ans, le Tout-Paris artistique et parfois politique.  La sculpture Bouquet of Tulips avait été offerte à la ville de Paris par Jeff Koons le 21 novembre 2016 comme « un symbole d’amitié » pour le peuple français, après les attentats de 2015 et de 2016 survenus à Paris et à Nice.

Bouquet of Tulips Jeff Koons
Le projet du Bouquet of Tulips de Jeff Koons
© Jeff Koons / Noirmontartproduction

Le don – qui ne concerne que le dessin de l’œuvre, il appartient à des tiers de financer la fabrication de cette sculpture monumentale - initialement soutenu par la mairie de Paris, n’avait cependant pas fait l’unanimité, son emplacement non plus. Alors que le bouquet semblait prendre, dès novembre 2016, la direction du parvis proche du Palais de Tokyo, les premières voix s’étaient faîtes entendre contre le projet, pour des raisons techniques ou esthétiques. Par la suite le premier-adjoint à la mairie de Paris de l’époque, Bruno Julliard, avait lui-même exprimé des réserves sur le projet. Une tribune regroupant 24 signataires avait par ailleurs été publiée dans Libération, en janvier 2018, critiquant non seulement le lieu mais l’œuvre et son symbole en eux-mêmes.  La sculpture cristallisait les tensions entre pro et anti Jeff Koons. 

Paradoxalement, les deux directeurs des établissements culturels concernés, Fabrice Hergott pour le Musée d’art moderne de la Ville de Paris et Jean de Loisy pour le Palais de Tokyo étaient loin d’être défavorables au projet.

Plusieurs lieux avaient été évoqués pour accueillir l’œuvre monumentale de l’artiste - d’une hauteur de quasiment 12 mètres et pesant plus de 33 tonnes, dont notamment celui du parc de la Villette. « On était tiraillé entre plusieurs propositions, la Villette par exemple, mais Jeff Koons n’est jamais venu avec l’idée de ne pas être dans le centre de Paris, près des lieux des attentats » a rappelé Christophe Girard sur France Inter. L’emplacement choisi au Petit Palais avait été évoqué il y a plusieurs mois.

Thématiques

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque