Musée - Spécial Covid-19

Le risque de contamination moins élevé dans les musées qu’ailleurs

Par Charles Roumégou · lejournaldesarts.fr

Le 1 mars 2021 - 390 mots

MONDE

Covid. Une étude allemande montre qu’il est deux fois plus risqué d’aller dans un supermarché que dans un musée. 

Visiteurs dans le musée du Louvre au mois d'octobre 2020. © Sandrine Marty/Hans Lucas via AFP
Visiteurs dans le musée du Louvre au mois d'octobre 2020.
© Sandrine Marty / Hans Lucas via AFP

Une étude menée par l’Institut de technologie de Berlin (TU Berlin) estime que le risque de transmission du Covid-19 dans les musées, les théâtres et les salles de cinéma est nettement inférieur à celui d’autres lieux publics comme les supermarchés, les restaurants, les bureaux ou encore les transports en commun.

Dirigée par le professeur Martin Kriegel et l’ingénieure Anne Hartmann, cette étude, publiée le 10 février dernier, procède à une évaluation comparative du risque d’infection par aérosols viraux, c’est-à-dire à partir des microgouttelettes en suspension dans l’air, dans des espaces publics clos en s’appuyant sur différents paramètres : durée moyenne de séjour dans l’espace considéré, taux de renouvellement de l’air, nature de l’activité qui s’y exerce, respiration des personnes …etc.

Au terme de cette analyse, une valeur R a été attribuée à chaque type de lieu, indiquant le nombre de personnes qu’un porteur du Covid-19 peut infecter en moyenne.

Les résultats montrent que l’indicateur de circulation du virus est de 0,5 pour un musée maintenant une capacité d’accueil de 30 %, où chaque visiteur respecte le port du masque et la distanciation sociale, contre 0,6 dans un salon de coiffure et 0,8 dans les transports publics.

Faire ses courses dans un supermarché ou dîner dans un restaurant à 25 % de sa capacité d’accueil, toujours dans le respect des règles sanitaires, est deux fois plus risqué que de visiter un musée. Le risque est multiplié par trois dans un open-space (1,5), et même par six dans un établissement scolaire (2,9).

Le risque de contamination relativement faible dans les musées s’expliquerait par le fait que ce sont des espaces où le public est silencieux, diminuant de facto la propagation des aérosols dans l’air. Ce sont par ailleurs des lieux dans lesquels il est plus facile de faire respecter les mesures sanitaires.

A lumière de ces résultats, le professeur Martin Kriegel juge « qu'avec des stratégies sanitaires bien pensées et cohérentes, il pourrait être possible de rouvrir certains lieux », dans une interview accordée au journal allemand Spiegel.

Point important, l’étude ne prend pas en compte les nouvelles mutations du Covid-19 et leur plus grande contagiosité. Le variant anglais aurait, par exemple, une valeur R de 30 à 50 % supérieure à celle de la souche originelle du Covid-19.
 

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque