Dimanche 16 décembre 2018

Nomination

POLITIQUE CULTURELLE

Franck Riester, un politique et chef d'entreprise au ministère de la Culture

Par Jean-Christophe Castelain · Le Journal des Arts

Le 18 octobre 2018 - 542 mots

PARIS

Dans un mouvement classique de balancier, le député Franck Riester, longtemps à l’UMP, a été choisi pour remplacer Françoise Nyssen, pur produit de la société civile.

Franck Riester
Franck Riester, président du groupe parlementaire Les constructifs lors d'une séance photo à Paris, le 8 décembre 2017.
© photo Joel Saget / AFP

Cette fois Emmanuel Macron n’a pas voulu prendre de risque et il a nommé un homme politique à la Rue de Valois. Franck Riester (44 ans) n’est pas vraiment un poids lourd, mais il pratique le combat politique depuis suffisamment longtemps pour au moins faire illusion. Un combat qu’il a surtout mené à droite et qui montre sa proximité avec le Premier ministre, Édouard Philippe.

Franck Riester commence son ascension en 1995, il n’a que 21 ans lorsqu’il entre au conseil municipal de Coulommiers. Il deviendra maire de la ville de Seine-et-Marne en 2008. En 2007, il avait été élu député sous l’étiquette UMP, un mandat qu’il a conservé. Membre de l’équipe de campagne de Nicolas Sarkozy pour les présidentielles de 2012, il soutient Bruno Le Maire puis Alain Juppé lors des primaires de la droite en 2017. Il s’éloigne de Les Républicains après la victoire d’Emmanuel Macron et crée un microparti, « Agir », passerelle entre LR et La République en marche.

Outre sa bienveillance à l’égard du président, il doit sa nomination au fait qu’il a su garder un pied dans la société civile. Il dirige en effet depuis la fin de ses études de commerce les concessions automobiles familiales. Mais, à la différence d’un autre garagiste reconverti dans la politique, René Monory, qui fut notamment ministre du Commerce et de l’Artisanat sous Valéry Giscard d’Estaing, il se voit confier le portefeuille de la Culture.

C’est que le député s’est signalé par son intérêt pour plusieurs dossiers relevant de la culture. Il a ainsi été le rapporteur du projet de loi Hadopi en 2009. En 2011, l’ancien ministre Frédéric Mitterrand lui commande un rapport sur le financement de la filière musicale dans lequel il recommande la création d’un « Centre national de la musique », un projet relancé par Françoise Nyssen en avril dernier. Plus récemment, il a pris certaines positions pour l’audiovisuel public. Dans un tout autre registre, homosexuel déclaré, il s’était mobilisé lors des débats parlementaires relatifs au mariage pour tous.

Cependant la culture n’a pas été sa priorité dans l’actuelle mandature, aucune de ses 14 propositions de loi ou de résolution n’a trait à la culture et sa dernière question écrite au gouvernement concerne la limite d’âge dans les établissements publics de santé. Franck Riester appartient d’ailleurs à la commission de la défense nationale et des forces armées.

Le chantier de l’audiovisuel public

On peut faire le pari qu’il s’investira davantage dans la presse, les médias et le livre que sa prédécesseure. À commencer par la réforme de l’audiovisuel public qui tient à cœur au président. Il devrait aussi être plus à l’aise dans la mise en œuvre du Pass culture, cette mesure phare et très emblématique du programme d’Emmanuel Macron. Car derrière les visées de démocratisation culturelle, l’enjeu se situe d’abord sur les offres et leur financement public, que l’État espère a minima. Franck Riester n’est pas le premier homme politique de droite à hériter de ce ministère, François Léotard, Jacques Toubon, Renaud Donnedieu de Vabres l’ont précédé. Il lui reste près de quatre ans pour le marquer de son empreinte, une éternité.

 

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°509 du 19 octobre 2018, avec le titre suivant : Un politique au ministère de la Culture

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque