Vendredi 10 juillet 2020

Vol

Des gardiens seraient impliqués dans le spectaculaire vol au musée de Dresde

Par Jinane Dolbec · lejournaldesarts.fr

Le 16 mars 2020 - 491 mots

DRESDE / ALLEMAGNE

D’inestimables parures de diamants et de rubis avaient été volés en novembre dernier.

Vue du musée de la Voûte Verte. © Grünes Gewölbe.
Vue du musée de la Voûte Verte.
© Grünes Gewölbe.

Quatre agents de sécurité employés au musée de la Voûte Verte à Dresde ont été mis en examen, soupçonnés d’être impliqués dans le braquage qui a eu lieu en novembre dernier. Les enquêteurs suspectent que le vol, l’un des plus importants depuis la Seconde Guerre mondiale, a été réalisé grâce à l’aide de complices travaillant au sein du musée.

Parmi les suspects, deux sont des gardiens qui étaient en service au petit matin du 25 novembre, quand le vol a eu lieu. Selon les enquêteurs, ils n’auraient pas « réagi adéquatement » alors qu’il était évident qu’il y avait eu une effraction et n’ont rien fait pour prévenir le vol. L’un d’entre eux, arrêté le 29 novembre, aurait également livré des informations sur l’aménagement des chambres ainsi que sur le système de sécurité du musée.

Le procureur en chef Jürgen Schmidt a déclaré au journal Bild : « Les suspects ont été coopératifs dans un premier temps et ont dit qu’ils voulaient parler aux enquêteurs, mais ont ensuite usé de leur droit au silence. » En tout, sept individus seraient impliqués dans le vol.

La Voûte Verte (« Grünes Gewölbe » en allemand) est un musée fondé en 1723 par le prince-électeur de Saxe Frédéric Auguste II, dit Auguste le Fort, et situé dans le château de la Résidence de Dresde en Saxe. Il accueille la plus importante collection de trésors en Europe, composée de plus de 4 000 objets d’arts (orfèvrerie, pierres précieuses, porcelaine, sculptures d'ivoire et d'ambre, bronzes et récipients sertis de pierreries).

Parmi ces trésors figure une tête de Maure de 64 centimètres, constellée d'émeraudes, un saphir de 548 carats offert par le tsar Pierre Ier de Russie et un diamant de 41 carats considéré comme la pièce la plus précieuse du musée.

Le 25 novembre 2019, vers 5h du matin, un incendie a détruit un transformateur électrique situé à proximité du musée, désactivant ainsi les alarmes et l'éclairage des rues adjacentes. Une caméra de surveillance a cependant continué de fonctionner et a filmé deux hommes, qui sont parvenus à pénétrer dans le musée par une petite ouverture d'une fenêtre et à s’introduire dans la chambre forte d'Auguste le Fort.

Les voleurs ont dérobé trois parures du XVIIe siècle de diamants et rubis. La directrice du musée Marion Ackermann a parlé d'un préjudice d'une valeur historique et culturelle « inestimable ». « Nous ne pouvons pas les réduire à une valeur car elles ne sont pas à vendre », a-t-elle expliqué. Un autre responsable des musées de la ville de Dresde a indiqué que les parures dérobées faisaient « parties du patrimoine culturel mondial ». Selon le ministre de l’intérieur de la région, Rolan Wöller, ce vol serait une « attaque contre l'identité culturelle de tous les Saxons ».

Ce cambriolage est le deuxième vol d'importance en Allemagne ces dernières années : en 2017, une pièce d'or géante de 100 kg, d'une valeur d'environ 3,75 millions d’euros, avait été dérobée au Bode-Museum de Berlin.

Thématiques

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque