Mardi 10 décembre 2019

Rétrospective

2018, une année placée sous le signe de #metoo

Par Elise Kerner-Michaud · lejournaldesarts.fr

Le 20 décembre 2018 - 181 mots

MONDE

Virulente aux Etats-Unis, la campagne contre les agressions sexuelles faites aux femmes a moins touché les milieux culturels en France.

Le hashtag #metoo
Le hashtag #metoo

Avec le hashtag #metoo, un fort mouvement de dénonciation des agressions faites aux femmes a pris forme en 2017 pour se développer en 2018. Étroitement lié à l’affaire Weinstein, il a d’abord pris de l’ampleur dans le milieu du cinéma avant de s’étendre à d’autres sphères professionnelles et artistiques.

En février, le peintre et photographe américain Chuck Close était visé par les accusations de plusieurs femmes auxquelles il avait demandé de se dénuder dans son studio, et qui ont rapporté des propos vulgaires et déplacés. Un autre photographe et universitaire américain, Thomas Roma, a été accusé par cinq étudiantes de comportement de prédateur sexuel. Toujours aux États-Unis, l’architecte Richard Meier a quitté son agence à la suite des accusations de harcèlement sexuel formulées par plusieurs collaboratrices.

La France a connu moins de dénonciations dans le milieu culturel général. Ce sont plutôt des reproches de laxisme vis-à-vis de comportements sexistes, comme à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris, qui ont prévalu. 

Thématiques

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque