Dimanche 28 février 2021

Musée - Spécial Covid-19

Le maire d’Issoudun rouvre le Musée de l’Hospice Saint-Roch

Par Charles Roumégou · lejournaldesarts.fr

Le 12 février 2021 - 329 mots

ISSOUDUN

Après le Rassemblement National, la fronde pour la réouverture des musées vient cette fois du PS.

Le Musée de l'Hospice Saint-Roch est installé en partie dans l'ancien Hôtel-Dieu d'Issoudun. © Daniel Jolivet, 2017, CC BY 2.0
Le Musée de l'Hospice Saint-Roch est installé en partie dans l'ancien Hôtel-Dieu d'Issoudun.

Après Perpignan, c’est au tour du maire (PS) de la commune d’Issoudun (Indre), André Laignel, de forcer la main du gouvernement. Il vient d’annoncer ce vendredi la réouverture dès samedi matin des espaces intérieurs du Musée de l’Hospice Saint-Roch et du parc de sculptures.

Le maire d’Issoudun fait valoir que « les musées sont des lieux de culture essentiels », et avance que « le risque de contamination est le plus faible » dans la mesure où « on ne mange pas, ne boit pas, ne fume pas, où l’on est invité à ne pas toucher ».

Alors que les musées de France sont fermés depuis fin octobre en raison de la pandémie de Covid-19, l’élu local justifie sa décision au regard de l’ordonnance du Conseil d’État du 23 décembre 2020 relative à la fermeture des cinémas, théâtre et salles de spectacles. Le texte énonce ainsi que « la fermeture au public des cinémas, théâtres et salles de spectacle porte une atteinte grave aux libertés fondamentales que constituent la liberté d’expression et la libre communication des idées, la liberté de création artistique, la liberté d’accès aux œuvres culturelles ».

Anticipant les critiques, le maire prévoit la mise en place d’un protocole sanitaire renforcé. Ainsi, si « les galeries contemporaines » du musée seront de nouveau accessibles au public, « la fréquentation simultanée est fixée à 30 mètres carrés par personne, c’est-à-dire trois fois ce qui est exigé actuellement dans les lieux autorisés », a expliqué André Laignel. Il ajoute, en revanche, que « les salles anciennes, plus étroites et imbriquées, resteront dans un premier temps fermées ».

Cette décision intervient trois jours seulement après la réouverture mardi des quatre musées municipaux de Perpignan, dont le musée Hyacinthe Rigaud, par le maire (RN), Louis Alliot. Le préfet des Pyrénées-Orientales a saisi le tribunal administratif de Montpellier lundi soir pour suspendre les arrêts municipaux litigieux.
 

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque