Samedi 16 février 2019

Justice

La Caverne du Pont-d'Arc prend le nom de Grotte Chauvet 2-Ardèche

Par LeJournaldesArts.fr (avec AFP) · lejournaldesarts.fr

Le 5 février 2019 - 361 mots

LYON

C'est l'épilogue d'une longue bataille : la Caverne du Pont-d'Arc, réplique du site classé en 2014 au patrimoine mondial, prend le nom de Grotte Chauvet 2-Ardèche, après un accord financier trouvé il y a un an avec les trois spéléologues ayant découvert le site.

Panneau des lions. Dessins au charbon de bois avec estompe, raclage au silex. Caverne du Pont d’Arc (copie de la Grotte Chauvet), 2014
Détail du Panneau des lions. Dessins au charbon de bois avec estompe, raclage au silex. Caverne du Pont d’Arc (copie de la Grotte Chauvet), 2014

L'usage du nom "Grotte Chauvet" a été l'un des nombreux litiges autour de cette caverne, découverte le 18 décembre 1994 par un trio de spéléologues amateurs : Jean-Marie Chauvet, Eliette Brunel et Christian Hillaire. Faute d'accord avec eux - finalement trouvé en janvier 2018 -, la réplique de la grotte avait ouvert au public en avril 2015 sous le nom de Caverne du Pont-d'Arc.

"C'est sous ce nom originel (Grotte Chauvet) que la grotte a été révélée au monde entier et que son étude scientifique a été entreprise. Vingt-quatre ans plus tard, il était pour nous dans l'ordre des choses que la restitution qui en a été faite pour le grand public (...) prenne pour référence ce nom historique", estiment les trois spéléologues dans un communiqué. "Le temps apaise toutes les tensions et les choses reprennent leur cours normal. Grotte Chauvet 2-Ardèche confirme le partenariat détendu mis en œuvre avec les « inventeurs » depuis le début de l'année 2018", estime Pascal Terrasse, président du syndicat mixte de la Caverne du Pont-d'Arc.

L'accord conclu en janvier 2018 prévoit le versement de 50.000 euros aux trois spéléologues, en contrepartie de la propriété intellectuelle des photos et vidéos réalisées au moment de la découverte, ainsi que l'usage libre du nom de Grotte Chauvet. Ils touchent également 1,7 % sur le prix du billet d'entrée (fixé à 15 euros) et peuvent participer sur le site à des actions de médiation culturelle.

En 1994, le trio était tombé sur un millier de dessins pariétaux vieux de 36.000 ans après avoir franchi un étroit couloir de roche sinueux. La réplique de la grotte, exploitée par la société Kléber Rossillon dans le cadre d'une délégation de service public, a attiré plus de 1,7 million de visiteurs venus de 148 pays depuis son ouverture en avril 2015, pour 80 millions d'euros de retombées économiques estimées.

Cet article a été publié par l'AFP le 4 février 2019.

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque