Vendredi 13 décembre 2019

Départ - Musée

Incompréhension après la non reconduction de Pascale Picard à la tête du musée Réattu

Par Christine Coste · lejournaldesarts.fr

Le 29 août 2016 - 534 mots

ARLES

ARLES (BOUCHES-DU-RHÔNE) [29.08.16] - Depuis le 14 juillet 2016 le Musée Réattu est sans direction. Le non renouvellement par Hervé Schiavetti, maire d’Arles, du contrat de Pascale Picard à la direction de l’institution a surpris tout le monde. Le refus du maire d’en expliquer les raisons entretient toutes les rumeurs.

Rien ne laissait présager que Pascale Picard, directrice du Musée Réattu, quitterait le 14 juillet 2016 ses fonctions au terme de son contrat de trois ans signé avec la municipalité d’Arles. Alors que la ville se préparait à l’ouverture de la 47e édition des Rencontres de la photographie d’Arles et que le musée inaugurait l’exposition Katerina Jebb, la décision fin juin du maire, Hervé Schiavetti, de ne pas la reconduire dans ses fonctions, a surpris tout le monde.

« L’étonnement a été d’autant plus général », explique Anne Clergue, la fille de Lucien Clergue, « qu’aucune explication n’a été donnée et que le maire ne veut pas en parler ». Par deux fois Le Journal des Arts a essuyé de son côté un refus de l’élu de s’expliquer.

Pascale Picard a été la première surprise de la décision d’Hervé Schiavetti, compte tenu du bilan positif de ces trois années qui ont vu la fréquentation du musée passer de 40 000 visiteurs en 2013 à 63 000 en 2015 et l’institution poursuivre l’enrichissement de ses collections mais aussi les campagnes de restauration. La restauration de quatre grisailles de Jacques Réattu en vue de l’exposition que Pascale Picard préparait sur l’artiste arlésien pour 2017, a ainsi récolté cette année 160 000 euros (60 000 € de la BNP Paris, 50 000 € du département de l’Isère et 50 000 € de l’État).

La reprise du dialogue avec les Rencontres d’Arles, favorisée par la nomination de Sam Stourdzé à sa tête, et la rétrospective Lucien Clergue organisée par le musée en 2014 avait réactivé la question du développement de la collection photo du festival. Quant à l’exposition Picasso que préparait Pascale Picard pour 2018, elle s’annonçait déjà comme un événement d’envergure au même titre que Rodin, la lumière de l’Antique que la conservatrice, alors au Musée départemental Arles antique, avait conçu de concert avec le Musée Rodin lors de Marseille-Provence 2013.

« Les différentes tentatives de faire revenir Hervé Schiavetti sur sa décision ont été vaines », explique le couturier Christian Lacroix, son silence ouvrant à diverses rumeurs et supputations aussi erronées les unes que les autres notamment celle convoquant une Maja Hoffman surpuissante au point de vouloir à la tête du musée une personnalité de son sérail ! C’est oublier, dit-on à Arles, l’état des finances de la ville qui ne peut garantir un salaire élevé et l’engagement financier réel de la municipalité dans le budget de fonctionnement du musée (250 000 €) couvert en grande partie par les recettes de l’institution (200 000 €).

Il reste que le mutisme d’Hervé Schiavetti et le départ de Pascale Picard qui laisse le musée sans direction depuis le 14 juillet ne sont pas un bon signal donné en matière de politique culturelle alors que la mue de la ville est de plus en plus perceptible au fur et à mesure que l’édifice de la fondation Luma prend corps.

Légende photo

Musée Réattu à Arles © Photo Mbzt - 2006 - Licence CC BY-SA 3.0

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque