Foire & Salon

Tefaf ou Brafa ? le dilemme des marchands 

Par Marie Potard · lejournaldesarts.fr

Le 19 janvier 2022 - 505 mots

BRUXELLES (BELGIQUE) / MAASTRICHT (PAYS-BAS)

La foire de Maastricht a finalement décidé d’organiser son édition 2022 en juin, presque en même temps que la Brafa.

Vue de l'édition 2019 de la Tefaf Maastricht. © Tefaf.
Vue de l'édition 2019 de la Tefaf Maastricht.
© Tefaf

Après avoir décidé en décembre dernier, l’annulation de la 35e édition qui devait initialement se tenir du 12 au 20 mars prochain, les organisateurs de la Tefaf (The european art fair) de Maastricht viennent d’annoncer qu’elle se tiendra finalement du 25 au 30 juin prochain, avec un vernissage le 24 et le 25 jusqu’à 14h. Le temps d’exposition est donc réduit à 7 jours au lieu de 11 habituellement. L'installation aura lieu du 20 au 22 juin tandis que le vetting (commission d’admission des œuvres) se tiendra les 22 et 23 juin. 

Or, la foire d’antiquaires Brafa de Bruxelles, qui elle aussi a été reportée en juin - du 19 au 26 - ne sera pas terminée. Plus gênant, le montage des stands de la Tefaf devra être réalisé dans les premiers jours d’ouverture de la Brafa. Une très mauvaise nouvelle pour la foire belge car les deux manifestations ont en commun 29 exposants.

« Nous n’avons pas eu le choix de nos dates et nous nous retrouvons coincés entre Art Basel (16-19 juin) et la Tefaf. Nous savons d’emblée que certains de nos exposants vont opter plutôt pour la Tefaf. Les marchands mesureront là où la clientèle est la plus importante pour eux. En tout cas, ça me paraît difficile de faire les deux foires, en termes de stock et de logistique », commente Harold t’Kint de Roodenbeke, le président de la Brafa. 

Il est certain que les marchands vont devoir faire un choix. Et rapidement puisque le formulaire de participation à la Tefaf doit être renvoyé au plus tard le 31 janvier. « D’un côté, la Tefaf, ça ne se refuse pas, et d’un autre, c’est un coup dur pour la Brafa. J’ai vraiment envie de les soutenir. Pour l’installation du stand de Tefaf, on pourra toujours s’absenter un jour car Maastricht n’est qu’à 1h30 de route de Bruxelles mais c’est surtout du point de vue de la marchandise que c’est un problème. Pour l’instant, nous n’avons pas pris notre décision », indique Florence Chibret-Plaussu (Galerie de la Présidence), inscrite sur la liste des exposants des deux foires.
 
De son côté, la Tefaf assure que sa décision « a été fortement influencée par la disponibilité du MECC (Maastricht Exhibition & Conference Centre), ce créneau de juin étant la seule option réalisable pour 2022 »

D’un point de vue technique, les organisateurs de la Tefaf précisent que l'ensemble du bâtiment du MECC n’est pas entièrement disponible, ce qui laisse penser que les stands pourront être plus petits et/ou qu’il y aura moins d’exposants. 

Dans le même temps, les coûts de stands ont été augmentés, passant de 550 à 650 euros le m2, « en raison de la pression sur les approvisionnements et la production ». Quant aux frais généraux, qui s’élèvent en tout à 13 500 euros, ils restent inchangés. Ne restera plus qu’aux exposants qui avaient déjà versé l’acompte de 7 500 euros en décembre, de payer les 6 000 euros restants.

Thématiques

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque