Foire

Art Paris Digital confrontée à la colère de plusieurs exposants

Par Anne-Cécile Sanchez · lejournaldesarts.fr

Le 2 juin 2020 - 655 mots

PARIS

Coup de tonnerre dans le ciel déjà plombé de la foire qui a opté pour une version en ligne : plusieurs galeries la boycottent.

Online viewing room de la galerie Nathalie Obadia pour Art Paris Digital 2020. © Galerie Obadia/Art Paris Digital
Online viewing room de la galerie Nathalie Obadia pour Art Paris Digital 2020.
© Galerie Obadia /Art Paris Digital

Après plusieurs reports de dates, puis l’annulation définitive de son édition 2020, la foire Art Paris a lancé sa plateforme Art Paris Digital by Artsy du 27 mai au 20 juin. Cette formule vise à compenser le manque à gagner pour les galeries participantes, qui n’ont été remboursées qu’à hauteur de 50 % de leurs frais de participation et des frais techniques, dont seule la moitié devait être versée fin mai, l’autre moitié étant constituée d’un « avoir pour la session de 2021 »

Mais le litige engendré par ces conditions d’annulation, jugées par beaucoup inadmissibles, a conduit Dominique Fiat, Alain Chiglien et Thomas Bernard, membres du comité de sélection et galeristes exposants, à annoncer vendredi 29 mai dernier leur démission, « en total désaccord avec France Conventions », la société organisatrice. En effet, précise le communiqué, « la proposition de négociation amiable que nous avons souhaitée mettre en place afin de trouver ensemble des solutions adaptées à cette période exceptionnelle de pandémie mondiale, s’est heurtée à une fin de non-recevoir ». Une demande officielle de conciliation, processus à l’amiable rassemblant 44 galeries, est ainsi restée sans réponse. 

Résultat, Art Paris qui devait accueillir 150 galeries sous la coupole du Grand Palais fait face à de nombreux désistements sur sa version numérique, d’autant que le Comité professionnel des galeries d’art soutient et relaie le mouvement sécessionniste. 

Outre les galeries du comité de sélection (Dominique Fiat, Thomas Bernard-Cortex Athletico et NEC), Ségolène Brossette, ETC, Eric Mouchet, La Patinoire Royale, Caroline Smulders, Sator, Provost-Hacker, Vallois … entre autres, ont préféré, sur le conseil de leurs avocats, se retirer. « Si Art Paris persiste à ne pas répondre, nous devrons engager une procédure », affirme Dominique Fiat qui déplore la situation : « Ils sont en train de couler cette foire »

Parmi les galeries qui ont maintenu leur participation, certaines, comme Claire Gastaud, veulent toujours croire à une négociation sur les frais de remboursement, tout en privilégiant la possibilité de vendre dans un contexte difficile. « Il faut être créatif en cette période, et la solution choisie par Art Paris répond à ce besoin », affirme aussi Virginie Boissière, de la galerie La Forest Divonne. 

« J'étais vraiment déçue que la foire n'ait pas lieu, parce que mes deux artistes français avaient été choisis pour le focus "Regard sur la scène française", explique pour sa part Hélianthe Bourdeaux-Maurin, fondatrice et directrice de la jeune H gallery. Heureusement, leurs noms et leurs œuvres apparaissent quand même sur Art Paris Digital by Artsy ! » Pour un bénéfice cependant difficile à apprécier. « On peut regretter qu’on ne puisse connaître ni la fréquentation des pages concernant la galerie ni le nombre de visiteurs virtuels, convient-elle. Mais je pense que c'est une chance de pouvoir avoir cette visibilité. Lorsque l'on est une jeune galerie, les frais induits par ce genre de plateformes ne sont pas toujours envisageables ».

Quelques galeries poids lourds cautionnent quant à elles la vitrine numérique d’Art Paris de leur présence indéfectible, comme Nathalie Obadia et Templon, qui s’étaient engagés pour des stands importants. Ont-elles négocié de leurs côtés des conditions de remboursement plus favorables ? C’est ce que certains insinuent. Rumeur démentie par Anne-Claudie Corric, la directrice de la galerie Templon. « Nous avons été remboursés de 50 % de nos frais au même titre que les autres ». Solidaire avec une foire « familiale », dont elle souligne « les efforts louables » pour exister coûte que coûte, Anne-Claudie Corric se fait cependant peu d’illusions sur les retombées d’Art Paris Digital en termes de ventes. « Jusqu’à présent, ces foires online, ça ne fonctionne pas vraiment »

Online viewing room de la galerie Nathalie Obadia pour Art Paris Digital 2020. © Galerie Obadia/Art Paris Digital

INFORMATION

Visites des galeries virtuelles de Art Paris Digital sur onlineviewingroom.com.

Cet article a été publié le 1er juin 2020 à 17h24

Thématiques

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque