Dimanche 19 janvier 2020

Art contemporain

Olafur Eliasson pourrait éclairer l’Arc de Triomphe

Par Sindbad Hammache · lejournaldesarts.fr

Le 26 juin 2019 - 445 mots

PARIS

Le Fonds pour Paris est en contact avec l’artiste danois spécialiste des installations XXL.

Olafur Eliasson © Photo Frankie Fouganthin
Portrait d’Olafur Eliasson, 2015.

L’Arc de Triomphe est au cœur de toutes les attentions artistiques en ce moment : au projet à venir de Christo, pourrait s’ajouter une réalisation d’Olafur Eliasson. L’artiste danois pourrait proposer d’éclairer à sa façon le monument.

« Il est un peu prématuré d’en parler » explique au Journal des Arts la directrice du Fonds pour Paris, Anne-Sylvie Schneider. Cette structure créée en 2015 à l’initiative de la maire de Paris, Anne Hidalgo, est en charge du mécénat privé pour le financement de certains projets parisiens. Ainsi, le Fonds pour Paris avait récolté 6,3 millions d’euros (dont 4 venus du Qatar) pour financer les fontaines des frères Bourellec.

La ville a donc à nouveau mandaté cette structure pour mener à bien le projet d’éclairage de l’Arc de Triomphe. Un projet qui n’est pas venu en réaction à l’épisode des Gilets Jaunes en novembre dernier, mais qui est en gestation depuis un certain temps. Le coût est estimé à 3 millions d’euros.

« Nous sommes en phase de discussion avec Olafur, précise Anne-Sylvie Schneider, nous avons reçu un premier projet qui n’était pas réaliste. On attend une deuxième proposition qui prenne en compte nos contraintes. » Ces dernières sont au nombre de deux : tout d’abord respecter les exigences du périmètre classé de la place de l’Etoile. Puis respecter l’injonction de « sobriété lumineuse » demandée par la Mairie de Paris, en envisageant la solution la moins énergivore possible.

Si un tel projet arrive sur le bureau du Fonds pour Paris, il faudra encore attendre l’aval du Centre des Monuments Nationaux, gestionnaire des lieux, pour lancer l’installation. « C’est un artiste qui fait partie des très bons, et qui est très attaché à Paris. Il a d’excellente relation avec la ville, justifie la directrice. Et puis il est plus facile de lever des fonds avec un tel nom. »

Les projets du Fonds ne requiert pas nécessairement un concours, contrairement à ceux gérés par la municipalité. Le financement par mécénat n’oblige pas aux mêmes exigences légales, et permet donc de choisir librement les artistes. Outre les fontaines de la place des Rond-Point des Champs-Élysées, la structure pilote le « Bouquet of Tulips », le cadeau de Jeff Koons à la ville de Paris.

Le Fonds de Paris est présidé par Rémi Gaston-Dreyfus, PDG d’un groupe spécialisé dans la rénovation immobilière. A son conseil d’administration, siègent quatre représentants de la ville de Paris, et neuf autres personnes, dont Jean-Jacques Aillagon (Pinault Collection), Laurent Dassault (Groupe Dassault, Artcurial), Guillaume Houzé (Galeries Lafayette et BHV Marais) et la communicante Anne Méaux. Des administrateurs qui n’hésitent pas à prendre la casquette de mécènes pour les projets du Fonds.

Thématiques

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque